Chibok : des otages devenues mères

Dix-huit des 21 filles que Boko Haram a libérées ce jeudi ont des bébés, selon les services de sécurité au Nigeria.

Sous la supervision du Comité international de la Croix-Rouge, les 21 lycéennes enlevées il y a un an et demi dans le nord du Nigeria ont été libérées au terme négociations entre les autorités nigérianes et des responsables de Boko Haram.

Le gouvernement nigérian a démenti l'information selon laquelle les filles ont été libérées en échange de la libération de militants de Boko Haram arrêtés par les services de sécurité.

De hauts responsables de la secte islamiste nigériane avaient été arrêtés à un check-point, près de la frontière avec le Cameroun, selon des sources sécuritaires.

Il n'y a pas eu d'échange de prisonniers

"S'il vous plaît, notez que ce n'est pas un échange. C'est une libération, le résultat de longues négociations et de la confiance entre les parties", a soutenu, lors d'un point de presse, le ministre nigérian de l'Information et de la Culture, Mohammed Lai.

Mais une source sécuritaire a dit à la BBC que des militants de Boko Haram avaient été libérés, en échange de la libération des filles.

Selon Mohammed Lai, 197 filles enlevées par des membres du groupe djihadiste sont toujours portées disparues.

Lire la suite sur le site Internet de notre partenaire la BBC.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner