L’Avenir : «Le Palais du peuple, lieu d’exposition du corps d’Etienne Tshisekedi»

Revue de presse kinoise de mercredi 8 février 2017.
 
L’actualité congolaise reste dominée par l’organisation des obsèques d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa.

L’Avenir titre: « Le Palais du peuple retenu comme lieu d’exposition du corps d’Etienne Tshisekedi ».

C’est ce qui a été convenu entre le gouvernement, la famille d’Etienne Tshisekedi et l’UDPS, renseigne le journal.

Une commission spéciale chargée de l’organisation des funérailles est mise en place. Elle est présidée par le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadari. Il est assisté du Gouverneur de la ville province de Kinshasa. Un avion spécial sera dépêché à Bruxelles (Belgique) pour amener la dépouille et les membres de la famille se trouvant en Belgique, ajoute L’Avenir.
 
Toujours selon le tabloïd, le gouvernement a mis à la disposition de la famille et des cadres de l’UDPS des titres de voyage pour la Belgique afin de rapatrier sa depouille.
 
Finie donc la confusion, renchérit La Prospérité qui titre : « Etienne Tshisekedi sera pleuré au Palais du Peuple ». Cette fois-ci, c’est la bonne. L’affaire devient officielle, se réjouit le quotidien qui cite un communiqué du ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende, intervenant sur les antennes de la  RTNC.
 
Il a confirmé que le gouvernement congolais, sur instruction personnelle de Joseph Kabila Kabange, le Président de la République, prendra en charge la totalité des frais inhérents aux obsèques de Tshisekedi wa Mulumba, pour honorer un ancien premier ministre et un  grand leader de l’Opposition politique  congolaise, précise La Prospérité.
 
Il ne reste, en revanche, qu’à fixer la date et à convenir du lieu de son inhumation, ajoute le quotidien.

Si le lieu du recueillement est déjà connu, celui de l’inhumation d’Etienne Tshisekdi continue à être sujet à controverse, écrit Le Phare.
 
Le gouvernement a chargé le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, d’entrer en contact avec sa famille et le staff de l’UDPS. Mais du côté de la 10me Rue Limete, cadres et combattants ne semblent pas chauds à l’idée de voir leur leader reposer pour l’éternité dans l’un des cimetières de la ville.
 
Dans leur esprit, Etienne Tshisekedi mérite d’être placé dans un mausolée, dans un site spécial à trouver soit au centre de la ville, soit du côté de Kinkole ou N’Sele. « Son étoffe de père de la démocratie congolaise et de principal artisan du dialogue inclusif ayant conduit toutes les tendances de la classe politique et de la société civile congolaise à adhérer à l’Accord du 31 décembre 2016 lui confère le droit de bénéficier d’un lieu de repos éternel à la dimension du « héros national » qu’il est de fait », poursuit Le Phare.
 
Après l’inhumation d’Etienne Tshisekedi, la vie politique-qui s’est subitement arrêtée dès l’annonce de sa mort-doit reprendre, estime Forum des As. Il va bien falloir trouver des remplaçants du charismatique Tshisekedi wa Mulumba, estime le quotidien qui titre : « Rassemblement » : des pistes pour remplacer Tshisekedi.
 
Le journal rappelle que trois postes requièrent d’être pourvus à la suite de la disparition de celui qui était surnommé « lider Maximo ». Il s’agit du poste de Président de l’UDPS, de celui du président du Comité des sages du Rassemblement, enfin de la prestigieuse fonction de numéro 1 du Conseil national de suivi de l’Accord.
 
Pour l’UDPS, le secrétaire général en fonction pourrait assumer les fonctions de Président national intérimaire du parti. Les choses sont un peu plus compliquées pour le « Rassemblement » qui compte plus de dix plateformes membres. Certains membres du conseil des sages proposent le mécanisme du doyen d’âge pour devenir Président du conseil des sages et assumer les charges publiques de Président du Conseil national de suivi de l’Accord et du processus électoral. Jusqu’à ce jour, personne n’a encore rejeté cette proposition du doyen en âge pour piloter le conseil des sages du « Rassemblement », faut remarquer le tabloïd.
 
« Moïse Katumbi prêt à reprendre le flambeau », annonce pour sa part Le Potentiel. L’ex-gouverneur de l’ex-Katanga n’est pas cité dans les choix des remplaçants pour un poste quelconque mais pour poursuivre le combat politique d’Etienne Tshisekedi : « la lutte pour la démocratie ».
 
Tshisekedi parti, son esprit continue de planer sur toute la République. Aussi longtemps que la RDC n’aura pas recouvré les attributs d’un pays véritablement démocratique du Congo, le combat d’Etienne Tshisekedi aura toujours un sens ; et se poursuivra sans relâche, écrit Le Potentiel.
 
A l’instar de son mentor, Katumbi a également choisi la voie de la non-violence, convaincu que « quelle que soit la longueur de la nuit, le jour finira par poindre ». Et ce jour, croit-il, c’est celui de l’alternance démocratique par la tenue d’élections libres et démocratiques dans les termes fixés par la Constitution du 18 février 2006, conclut Le Potentiel.
 
 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner