RDC : Sultani Makenga et un groupe d’ex-rebelles M23 signalés à Rutshuru (Témoignage)

Erique Gasana, combattant de l’ex-rébellion du M23 qui s’est rendu samedi 18 février aux Forces armées de la RDC (FARDC), affirme que l’un des chefs de ce mouvement Sultani Makenga et un groupe de combattants sont actuellement présents dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Depuis sa reddition, Erique Gasana est détenu à l’Etat-major, commandement de l’opération Sokola 2 à Goma. Ancien lieutenant de l’armée congolaise, il a été recruté dans l’ex-rébellion du M23 défaite en 2013 et dont la plupart des combattants ont trouvé refuge en Ouganda et au Rwanda.

« J’étais avec eux dans le groupe du Général Makenga. Ils nous ont mis dans des véhicules en nous disant que nous retournons au pays pour intégrer l’armée nationale. Nous avons traversé la frontière et nous nous sommes retrouvés dans la brousse », raconte Erique Gasana.

Selon son récit, un groupe de combattants a été préparé pour s’attaquer aux gardes du parc pour récupérer leurs armes:

« Je n’étais pas d’accord avec eux. C’est comme ça que j’ai fui et je me suis rendu aux militaires FARDC, à Bukima », ajoute l’ex-combattant pour qui « la mission du M23 est de prendre le contrôle de tout le pays ».

A en croire Erique Gasana, les combattants de l’ex-M23 sont pour la plupart armés de Kalachinkov et seraient commandés par le colonel déchu Joseph Mboneza.

Au sujet de Sultani Makenga, ex-chef militaire du M23, il affirme qu’il est actuellement dans la réserve des gorilles de Sarambwe à Rutshuru, aux pieds des collines Sabinyo et Mikeno, à la frontière ougandaise.

Il serait en compagnie d’une centaine de combattants recrutés à partir du camp militaire de Bihanga en Ouganda.

Toujours selon Erique Gasana, au moins soixante-neuf combattants de l’ex-rébellion du M23 sont signalés depuis le week-end dernier dans la région de Tongo, dans le territoire de Rutshuru.

Vous pouvez écouter le témoignage de l’ex-combattant dans cet extrait sonore.

/sites/default/files/2017-02/web-5-210217-p-f-goma._les_m23_signales_dans_le_bwito_2.mp3

« Des dispositions sont prises »

Le Centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (CEPADHO) dénonce cette infiltration des ex-rebelles du M23. Cette ONG des droits de l’homme demande au gouvernement congolais et la communauté internationale de démasquer les éléments de l’ex-M23.

Pour les responsables militaires au Nord-Kivu, des dispositions sont prises pour contrer les manœuvres de l’ex-mouvement rebelle.

Une dizaine de combattants recrutés par l’ex-mouvement rebelle sont actuellement détenus à l’Etat-major, renseignent les mêmes sources.

Le M23 est un ancien mouvement rebelle qui a occupé plusieurs territoires du Nord-Kivu entre 2012 et 2013 avant d’être défait par l’armée congolaise et la MONUSCO. La rébellion avait annoncé sa dissolution. De nombreux combattants ont trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda.
 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner