Sud-Kivu : appel à bannir toutes les formes de violences faites à la femme

Le gouvernement provincial du Sud-Kivu interpelle toute la population de sa province à être responsable et de bannir toutes les formes de discrimination basée sur les violences à l’égard de la jeune fille et de la femme. Il a lancé cet appel, samedi 25 novembre, à l’occasion du lancement de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites à la femme.

«Durant ces jours, nous sommes tous invités à réfléchir sur le thème et proposer des stratégies visant à bannir toute forme de discrimination basée sur les violences à l’égard de la jeune fille et de la femme, afin de contribuer à une création d’un monde égalitaire où les femmes et les hommes jouissent des mêmes droits et contribuent au développement durable de notre société», a affirmé le vice-gouverneur du Sud-Kivu, Hilaire Kikobya.

Il a invité toute sa population au changement de comportement en matière de violences sexuelles basées sur le genre.

«C’est donc l’occasion de mettre chacun de nous devant ses responsabilités par rapport à la convention, à la réalisation et à la jouissance de tous et de toutes aux droits tels que prônés dans les textes juridiques», a interpellé Hilaire Kikobya.

Parité, menace pour l’homme

Au Nord-Kivu, c’est le gouverneur Julien Paluku qui a lancé la campagne des 16 jours d’activisme à Goma. L’objectif poursuivi par les organisateurs dont l’ONU-Femmes, est de parvenir à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur tous les échelons de la vie.

La chargée de programmes à ONU-FEMMES au Nord-Kivu, Anne-Marie Nabintu, a axé son discours sur la question de la parité.

Selon elle, la loi est votée mais dans la vie pratique, il y a encore des choses à changer : «l’homme n’est pas prêt à lâcher. Quand on parle de la parité, l’homme se sent agressé dans son pouvoir»

Anne-Marie Nabintu évoque aussi le défi de l’éducation et de la participation de la femme elle-même qui pense «qu’elle ne peut pas alors qu’elle a la capacité.»

«Combien de filles commencent la première primaire ? Combien rentrent en secondaire et à combien sont à l’université ?» s’interroge-t-elle.

Le thème retenu cette année pour les 16 jours d’activisme contre les violences faites à la femme est  «de la paix à la maison, a la paix dans le monde, une éducation pour tous.»

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner