Attaque de la base de la MONUSCO : le général Marcel Mbangu explique pourquoi les FARDC ne sont pas intervenues

La base de la Mission de l’ONU en RDC (MONUSCO) a été attaquée jeudi 7 décembre dernier aux abords du pont Semuliki sur l’axe Mbau-Kamango dans le territoire de Beni. Cette attaque a occasionné la mort de quatorze Casques bleus et cinq soldats congolais, selon un bilan établi par la MONUSCO.
 
Invité de Radio Okapi, lundi 18 décembre, le commandant des opérations Sokola 1, le général Marcel Mbangu commente cet assaut qui n’a pas connu l’intervention des Forces armées de la RDC.
 
«Il s’est posé deux problèmes. L’attaque commence à 17 heures. Dans cette foret, lorsqu’il est 17 heures, il fait noir. Il n’y avait pas non plus de communication entre la base des FARDC située au PK 40 et celle de la MONUSCO à Semuliki, distantes de plus de 10 km. On ne pouvait pas s’hasarder dans cette obscurité, faire un mouvement vers cette position, au risque d’être confondus à l’ennemi et s’entretuer», explique le général Marcel Mbangu.
 
Il annonce également le début imminent des opérations coordonnées entre FARDC et l’armée Ougandaise pour la neutralisation de l’ADF. Il s’entretient avec Martial Papy Mukeba.

/sites/default/files/2017-12/web-10.181217-p-f-invite_general_marcel_mbangu_commandant_des_operations_sokola_1.mp3

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner