Le professeur Hubert Makengo s’exprime sur les récentes catastrophes naturelles meurtrières à Kinshasa

Les récentes pluies torrentielles à Kinshasa ont fait au moins 48 morts et détruit environ 150 maisons, selon un dernier bilan avancé par les autorités urbaines.
 
Invité de Radio Okapi ce jeudi, le professeur Hubert Makengo, formateur en bâtiments et travaux publics dans diverses Universités de la RDC, attribue cette répartition des catastrophes meurtrières à l’anarchie qui règne dans la ville de Kinshasa.
 
D’après lui, la ville de Kinshasa est déjà désurbanisée à cause des constructions anarchiques, sans canalisations pour les eaux de pluie. Et malheureusement, relève-t-il, le sol de la ville de Kinshasa est sablonneux sur une très grande profondeur avec un peu de schiste.
 
«Et dans ces conditions, quand il y a une forte pluie qui arrive, et qu’il n’y a pas non plus des végétations, il n’y aura donc pas de racines pour arrêter les ruissellements. Conséquence, il y aura des constructions anarchiques qui vont partir», a-t-il expliqué.
 
Il estime que si rien n’est fait pour améliorer l’urbanisation de la ville, Kinshasa va encore enregistrer des catastrophes naturelles meurtrières avec les effets du changement climatique.
 
Hubert Makengo s’entretient avec Pascal Masirika.

/sites/default/files/2018-02/010218-p-f-kin_invite_prof_hubert_makengo-web.mp3
 
 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner