Actualité.cd : Mgr Ambongo : « Est-ce excessif d’affirmer que le peuple congolais est en exil sur sa propre terre ? »

Revue de presse du mardi 25 décembre 2018.

Monseigneur Fridolin Ambongo Besungu, Archevêque Métropolitain de Kinshasa, a comparé la situation d’exil qu’avait vécue le peuple d’Israël à la situation actuelle de la RDC. A l’occasion de Noël 2018, le prélat catholique s’est adressé aux chrétiens de Kinshasa et aux Hommes de bonne volonté, renseigne Actualité.cd

« Autrefois, le prophète Isaïe s’adressait au peuple d’Israël en exil. Pendant cette période sombre, le peuple d’Israël était humilié et affamé, découragé et abattu. Il n’avait ni repères ni guides. Le Temple, symbole de son identité a été détruit. Les richesses et les trésors du pays sont pillés et exploités par les étrangers… Toute cette situation plongeait le peuple d’Israël dans les ténèbres du désespoir le plus complet. Cependant, il lui restait encore et fort heureusement une lueur d’espoir pour un lendemain meilleur. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vue se lever une grande lumière », a-t-il expliqué, dans les colonnes du média en ligne.

Mgr Ambongo estime que la vraie paix aujourd’hui en RDC exige que les élections aient lieu à la date fixée du 30 décembre 2018, ajoute Zoom-eco.net

« La vraie paix aujourd’hui, c’est aussi que les résultats qui seront publiés puissent réellement refléter la volonté du peuple exprimée dans les urnes », a-t-il indiqué, tout en invitant le peuple congolais au sens de la responsabilité et à la non-violence pour passer ce cap du 30 décembre 2018 dans la paix et la vérité.

Réagissant par rapport au report des élections au 30 décembre prochain décidé par la CENI, Néhémie Mwilanya, Coordonnateur du Comité stratégique du Front commun pour le Congo (FCC) a indiqué qu’il s’agit d’une décision « regrettable, mais compréhensible », écrit pour sa part Congoprofond.net, qui cite RFI.

« C’est regrettable parce que nous nous sommes préparés pour le 23 décembre, mais c’est compréhensible parce qu’il s’agit d’un cas de force majeure », a-t-il déclaré sur les antennes de RFI.

7sur7.cd informe qu’un avion militaire a raté son atterrissage lundi 24 décembre, dans l’après-midi à l’aéroport international de Mavivi à Beni au Nord-Kivu. Après avoir manqué la piste, cet engin a fini sa course dans une vallée. Des morts et blessés seraient enregistrés. Cet avion avait à son bord des militaires FARDC.

Il y avait 68 passagers dans l’avion, essentiellement des militaires venus du centre de formation de Kitona, en passant par Kinshasa via Kisangani pour Beni et 4 membres de l’équipage, indique l’agent sécurité de l’aéroport présent sur les lieux, précise Dépêche.cd

Il s’agissait d’un Antonov 26 qui s’est écrasé à côté de la piste d’atterrissage de l’aéroport de Beni-Mavivi ne causant, fort heureusement, pas de morts.

Cas-info.ca s’intéresse aux fêtes de fin d’année et relaie les assurances de la Police : « toutes les dispositions sécuritaires ont été prises pour la sécurité de la population. »

Par ailleurs, la Police de Kinshasa rappelle que la campagne électorale a déjà pris, « conformément au calendrier de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ». « Par conséquent, aucune activité de propagande électorale ne peut être menée à cet effet », a-t-elle poursuivi.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner