RDC : les manifestants exigent de Zoé Kabila des mesures concrètes contre l'insécurité à Kalemie

La manifestation de colère contre l’insécurité à Kalemie a tourné mercredi 29 mai aux actes de vandalisme. La population exige du gouverneur Zoé Kabila des mesures concrètes pour ramener la paix. Jusque dans l’après-midi, les autorités tentaient de calmer la population. Elles ont d'ailleurs rendu visite à l'homme blessé la veille par des bandits armés.

Des poteaux électriques décoiffés de leur panneau solaire, des pneus brûlés, des citernes incendiées, des barricades, jusque dans l’après-midi. C'est le décor que présente la ville de Kalemie ce mercredi à la suite de la manifestation contre l’insécurité, qui a commencé très tôt le matin.

A 12 heures locales, le gouverneur de province, Zoé Kabila, est sorti de l’hôpital général de référence, en compagnie du général Gabriel Amisi, chef d’État-major général adjoint chargé des opérations. Ils y sont allés au chevet de monsieur Sefu, un habitant de Kalemie blessé la nuit dernière par des bandits armés de fusils.

Les autorités ont eu du mal à se frayer le passage au milieu d’une foule en colère. « Assez ! Nous en avons assez ! », criait une manifestante. 

Un autre manifestant expliquait qu’ils étaient dans la rue depuis le matin, « parce qu’il y a eu crépitement de balles toute la nuit, les voleurs armés sont partis visiter la maison de monsieur Sefu, qui est en état critique actuellement à l’hôpital. Et c’est ainsi que vous voyez toute cette population en train de chanter qu’il y ait des mesures de sécurité qui vont nous emmener à vivre dans la paix. »

Les manifestants ont demandé au gouverneur de province de se rendre au stade pour y annoncer des mesures concrètes.

« On est en train de suivre cette situation de près. Raison pour laquelle toute la hiérarchie de l’État-major de notre armée est ici sur l’ordre du président de la République pour voir ce qui se passe», a assuré le ministre provincial de l’intérieur, Dieudonné Kamona. 

 Il a également tenté de rassurer les manifestants sur l’état de santé de la victime:

« Monsieur Sefu est en vie. Depuis le matin, on l’a amené à l’hôpital, et les médecins l’ont opéré, pour le moment il est en vie. »  

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner