Insécurité à Lubero : un mouvement massif de la population signalé

Un déplacement massif des populations dans le sud du territoire de Lubero est signalé depuis le 27 octobre. Ces populations craignent l’insécurité grandissante due à l’activisme accrue des groupes Maï-Maï, qui pullulent dans cette région.

Tout est parti de l’attaque du 25 octobre dernier d’une position des FARDC à Lubango par ces Maï-Maï. Ces derniers ont été pourchassés par l’armée. En fuyant, ils se sont dirigés vers les localités de Bianze, Kangole, Kanzanza et Hutwe. La population, craignant les représailles de ces assaillants, a commencé à se déplacer vers les grandes agglomérations. 

« Depuis ce dimanche, on observe des mouvements de population vers des milieux prétendus sécurisés. C’est le cas des populations de Kangole, qui est descendue vers Hutwe ; la population de Byanze, qui est descendue vers Kikubho ; la population de de Kanzanza, qui est descendue vers Hutwe. Et tous ces gens se déversent sur Kaseghe, Kirumba, Kaina et ses environs », a affirmé John Kambale, communicateur de la société civile de Kirumba.

L’administrateur du territoire de Lubero, Richard Nyembo wa Nyembo, confirme ces informations et parle d’aménagement de deux sites à Kimbulu et Mapera pour accueillir les combattants qui veulent se rendre volontairement à la suite de l’appel du chef de l’Etat. 

La société civile, elle, préconise une offensive des FARDC d’abord avant d’appeler les miliciens à une reddition volontaire.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner