RDC : Service Air rejette les allégations de son implication dans le trafic d’armes

La Compagnie aérienne Service Air rejette les allégations de son implication dans une affaire de trafic d’armes. Elle nie aussi les informations véhiculées à son sujet, indiquant qu'elle transporte régulièrement des armes et des munitions. Dans un communiqué publié samedi 9 mai sur cette question, Service Air explique qu’elle ne « transporte jamais des produits ou biens illégaux ». La compagnie aérienne note qu’elle informe toujours les autorités chaque fois qu'elle est sollicitée par des clients pour transporter des marchandises non autorisées.

« Eu égard à la gravité et au caractère mensonger des allégations le mettant en cause dans une affaire de trafic d’armes et des munitions de guerre, Service Air croit être dans son devoir légitime de donner des éclaircissements dans l’unique but de dire la vérité », a indiqué le directeur des opérations de Service Air Christian Bila.

En effet, explique Christian Bila, en tant que transporteur aérien certifié des biens et marchandises couvrant la République depuis 2005, Service Air a reçu de certaines agences de fret mal intentionnées à deux reprises, des colis prohibés et non conformes aux normes aériennes en vigueur.

« Pour la première fois en date du 12 octobre 2019, les personnels de sûreté de Serve Air lors d’un contrôle ont intercepté à Kinshasa, à l’aéroport de N’djili des colis illicites provenant d’une agence au nom d’un client à destination de Gemena. Serve Air a immédiatement dénoncé à toutes autorités compétentes concernées la présence de ces marchandises illicites. Récemment en date du 28 avril 2020, les employés de Service Air ont découvert les marchandises encore une fois prohibées à l’aéroport de Gbadolite et directement nous avons informé le gouverneur, l’autorité locale et les services étatiques ont été alertés par Service Air ».

Un réseau démantelé

Un réseau de présumés trafiquants d'armes et de munitions de guerre a été démantelé à Gbadolite, capitale provinciale du Nord-Ubangui le 2 mai. Les personnes arrêtées, avec un lot important d’arsenal militaire, ont été présentées avec leurs effets au gouverneur de province, Izato nzenge.

Ces présumés trafiquants d’armes utilisent les voies normales de fret pour expédier leur cargaison militaire. En effet, ces armes et munitions ont été appréhendées dans une agence de fret œuvrant entre Kinshasa et Gbadolite. Le gouverneur Izato Ndenge a promis de sévir :

« Grâce à la vigilance de nos services de sécurité, nous avons réussi à mettre la main sur ces munitions et sur ces armes de guerre et aussi sur les personnes impliquées. Nous allons traquer tous ceux qui de loin ou de près seront liés à cette vente de munitions, à ce trafic de munitions par la province du Nord-Ubangui. Nous allons les traquer et les déférer devant la justice militaire ».

Selon lui, ces trafiquants tentent se servir de la province du Nord-Ubangui, qui jouxte la République Centrafricaine, pour écouler leurs marchandises.

« Nous n'allons pas accepter que la province du Nord-Ubangui soit une plaque tournante de vente des munitions pour la déstabilisation de notre pays voisin, en occurrence la Centrafrique », a martelé Izato Ndenge. 

Ces armes et munitions saisies sont toutes neuves.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner