La Prospérité : « CENI : Ronsard Malonda succède à Corneille Nangaa »

Revue de presse du vendredi 3 juillet 2020

La plénière de l’Assemblée nationale du jeudi 2 juillet a entériné le procès-verbal portant désignation de Ronsard Malonda comme délégué des confessions religieuses au sein de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI), rapporte La Prospérité.

Choisi par la majorité des chefs des confessions religieuses, rappelle le journal, celui qui gérait jusque-là le Secrétariat technique de cet appareil électoral est désormais le successeur de Corneille Nangaa.

Le bureau de l’Assemblée nationale a annoncé qu’il transmettra pour dispositions idoines à l’institution responsable ladite décision et fonde l’espoir que le processus électoral sera relancé avec cette avancée notable, note Cas-info.ca.

Ce même bureau lance un appel solennel aux différentes composantes responsables de la désignation des autres membres de la CENI à s’activer dans un relai raisonnable, pour se conformer à cet impératif légal, ajoute le site web.

Bien avant la lecture des procès-verbaux ayant conduit à sa désignation par le rapporteur de la chambre basse du Parlement, le député national Henri Thomas Lokondo a initié une motion incidentielle qui a été rejetée par la présidente Jeanine Mabunda et ce, malgré son caractère prioritaire, renseigne 7sur7.cd.  

Ceci, poursuit le portail, a suscité une indignation dans le chef de quelques élus nationaux de l'opposition qui ont exprimé leur mécontentement vis-à-vis de la procédure engagée par le bureau de la chambre basse du Parlement. 

Mais, note Mediacongo.net, sa candidature n’a pas fait l’unanimité au niveau des confessions religieuses.

Soutenue par 6 confessions religieuses réputées proches de l’ancien président Kabila, indique le site web, la candidature de Ronsard Malonda a été boudée par l’église catholique romaine et l’église protestante. Les États Unis s’étaient également opposés à sa désignation, ajoute le portail.

Mbusa Nyamwisi, ancien ministre congolais des Affaires étrangères estime que la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante de cette institution ne peut nullement se faire sans l’Eglise catholique et l’Eglise du Christ au Congo (ECC), deux plus grandes confessions religieuses du pays, rapporte Actualite.cd.

Pour Le Phare, « Mabunda joue avec le feu en imposant un faux Kimbanguiste à la tête de la CENI ».

Alors qu’on pensait que l’Assemblée nationale, et singulièrement sa présidente, indexée comme commanditaire du passage en force de Ronsard Malonda vers la présidence de la CENI, allaient laisser aux différentes sensibilités de la société civile le temps et le soin de se concerter pour trouver un candidat de compromis, elles ont décidé de les prendre de court, regrette le quotidien.

Par contre pour Forum des As, cette désignation de M. Malonda est le fruit de la rencontre de jeudi 3 juillet entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi.

 Selon le tabloïd, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila se sont fait mutuellement des concessions sur la présidence de la CENI avec l'entérinement de la carte Ronsard Malonda par l'Assemblée nationale et l'examen de trois propositions de lois Minaku-Sakata en rapport avec les liens organiques entre l'Exécutif et le Parquet est renvoyé à septembre.

Les propositions de lois Minaku-Sakata mises au frigo

 Les propositions de loi Minaku-Sakata sont renvoyées à la session de septembre faute de temps de son analyse, explique l’Agence congolaise de presse.

 Les conclusions de la commission PAJ, ont été déposées au bureau de la Chambre qui a décidé de renvoyer l’examen à la session de septembre, indique Forum des As.

En attendant, il a été demandé aux initiateurs des trois propositions de loi de mettre ce temps à profit pour expliquer à toutes les couches de la population le bien-fondé de ce projet de réforme qui a mis la tempête dans un verre d'eau dans le camp des partisans et combattants de l'UDPS à Kinshasa, Lubumbashi et dans bien d'autres coins du pays, rappelle le journal.

Pour Le Potentiel, c’est quand le chef de l’État, à travers son discours  à l’occasion de la célébration de l’an 60 de l’accession du pays à la souveraineté nationale et internationale, a opposé clairement son veto à ces propositions de lois, que le bureau de l’Assemblée nationale, via sa commission PAJ, a dû revoir à la baisse ses ambitions, en mettant, sans autre forme de procès, ces propositions de lois au frigo.

Et comme en janvier 2015, rappelle le quotidien, c’est le peuple qui crie « victoire » sur les forces coalisées du Front commun pour le Congo (FCC) qui avaient juré d’opérer un passage en force avec ces propositions de lois sur les réformes du secteur de la justice initiées par les députés nationaux FCC Aubin Minaku et Garry Sakata.

Ce passage en force n’a pas tenu face à la clameur publique conclut le tabloïd.

Le Phare ajoute qu’Il s’agit là d’un retrait camouflé des « œuvres » antidémocratiques de leur famille politique, dicté par le ton intransigeant pris par le Chef de l’Etat face à leurs velléités de violation des dispositions constitutionnelles portant organisation et fonctionnement du pouvoir judiciaire.

« Pour ce qui est de la fameuse campagne de sensibilisation à mener par Minaku et Sakata, il y a lieu de se demander dans quelle partie de la République ils vont tenter leur aventure, au regard des manifestations hostiles de rue organisées à Kinshasa et en provinces contre leur triste initiative », s’interroge le tabloïd.

Mais Aubin Minaku pour sa part, fait remarquer Actualite.cd, a expliqué qu’un autre travail se fera au sein de la coalition FCC-CACH : 

« La coalition FCC-CACH existe. Une coalition est faite notamment pour gérer les contradictions internes afin d’aider la collectivité. Nous sommes convaincus que les contradictions internes seront réglées notamment grâce au leadership du président de la République et de l’autorité morale du FCC. Nous allons dans un dialogue au sein de la coalition pour comprendre le sens de toutes les propositions de loi déposées à l’assemblée nationale, notamment les trois propositions de loi Sakata-Minaku ».

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner