Forum des As : « Ancien président de la CENI, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda arrêté à Lubumbashi »

Revue de presse du mardi 19 janvier 2020 

Les médias congolais reviennent sur l’arrestation du pasteur Daniel Ngoy. 

L'ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Daniel Ngoy Mulunda, a été arrêté le lundi 18 janvier 2021 dans sa résidence à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, rapporte Forum des As. Le pasteur Daniel Ngoyi Mulunda, proche de Joseph Kabila, explique le quotidien, a été arrêté sur ordre du responsable de l'Agence nationale de renseignement de la province du Haut-Katanga. 

Selon le député national Félix Kabange Numbi, note 7sur7.cd, ce pasteur de l'église Méthodiste Unie a été humilié par les agents de l'ordre et ont même cassé la porte de sa résidence pour le récupérer, ainsi que certains autres pasteurs. 

Dans son discours à l'occasion du 20ème anniversaire de l'ancien chef d'État congolais Laurent-Désiré Kabila,  explique, pasteur Ngoy Mulunda a dénoncé des "dérives dictatoriales" et "le manque de respect aux élus ". C'était en présence de la notabilité Katangaise, de compagnons de Laurent-Désiré Kabila, ainsi que d'autres acteurs politiques dont Emmanuel Ramazani Shadary, secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), explique le site web. 

À la veille, un autre notable du Katanga, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza avait alerté sur un plan de faire du Katanga un pays à part entière, et qu'il y avait, selon ses propos mots, des jeunes drogués qui encerclent la ville de Lubumbashi, et tiennent à couper la région du Katanga de la République démocratique du Congo, rappelle le tabloïd. 

« Arrêté pour incitation à la haine et propos séparatistes, le pasteur Ngoy Mulunda dans le dur », titre Mediacongo.net. 

L’ex-coordonnateur de l’ONG Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (PAREC) pourra passer à la barre en procédure de flagrance. Les anti-régime Tshisekedi dénoncent une arrestation politique et une violation grave de la liberté d’expression, conclut le site web. 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner