Des craintes suscitées par l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri

L’état de siège dans les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu débute ce jeudi 6 mai 2021 pour une durée de 30 jours selon les ordonnances lues lundi dernier à la télévision publique par le porte-parole du chef de l’Etat.

L'objectif de cet état de siège est de faire face à la situation d’insécurité persistante dans les deux provinces de l’Est du pays.

Cependant, plusieurs organisations de la société civile craignent que, durant cette période, certains droits fondamentaux ne soient bafoués. 

-Que vous inspirent les craintes de ces organisations de la société civile ? 

-Quelles dispositions faut-il pour que les droits de l'homme soient respectés pendant cet état de siège ? 

 Invités

-Patrick Muyaya, ministre de l’Information et Médias et porte-parole du gouvernement. 

-Dismas Kitenge, président du Groupe Lotus, une ONG de défense des droits de l’homme basée à Kisangani. Il est vice-président honoraire de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH). 

-Placide Ucircan, secrétaire de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) dans la province de l’Ituri.

 

/sites/default/files/2021-05/06052021-p-f-dialogueentrecongolais-00_site_0.mp3

  

 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner