La Tempête des Tropiques : « Félix Tshisekedi déconseille le retour à Goma »

Revue de presse du lundi 31 mai 2021

L’éruption du volcan Nyiragongo et ses conséquences occupent la Une des journaux parus lundi 31 mai a Kinshasa

Félix Tshisekedi reconnait que la situation humanitaire à Goma est grave, mais sous contrôle. Le Gouvernement n’a pas baissé les bras Le Président de la République ne souhaite pas que les populations qui ont quitté la ville de Goma retourne en ce moment précis dans les habitations situées dans les zones déclarées rouges par les experts, rapporte L’Avenir.

« Même si reste 1% d’incertitude, je ne souhaiterai pas que les populations reviennent sur Goma. On ne sait pas ce qui peut se passer. Il y’a un lac qui contient beaucoup de gaz. Et si ce lac est en contact avec les laves, vous vous imaginez ce que ça peut faire comme dégâts », a prévenu M. Tshsekedi, cité par le quotidien.  

L,evacuation amorcée à Goma pose des problèmes d'accueil à Sake, Rutshuru, Bukavu, explique Forum des As. Aucune disposition n'ayant été prévue pour installer les populations sinistrées dans ces zones d'asile, ces dernières affluent vers des familles désemparées qui n'étaient pas préparés à recevoir ces hôtes ; faute de ressources. Dimanche très tôt, rappelle le quotidien, dix quartiers de la ville de Goma ont été délocalisés sur ordre du gouverneur militaire, le Lieutenant-général Constant Ndima. Elan de solidarité oblige, le FCC, se réjouit le quotidien, exige du gouvernement des mesures urgentes pour soutenir ces populations en détresse.

Et du coup, affirme le quotidien la Tempête des Tropiques, la ville se vide. Car, des scientifiques craignent à nouveau un tremblement de terre, une nouvelle éruption volcanique, une explosion de poches de gaz sous le lac ainsi que la toxicité de l'environnement ambiant causée par les cendres volcaniques. C'est donc, note ce quotidien, la panique totale dans la ville de Goma. L'alerte étant à nouveau au rouge.

Mais, en attendant, la mise en application d'un plan officiel d'évacuation, Goma continue à se vider s’inquiète le journal, ajoutant que plus de la moitié la population de ce chef-lieu du Nord-Kivu est en déplacement.

Elan de solidarité

Pour sa part, Moïse Katumbi Chapwe a, en marge du séminaire de formation idéologique des représentants provinciaux d’Ensemble pour la République, lancé l’élan de solidarité envers les populations de la ville de Goma frappées de plein fouet par l’éruption du volcan Nyiragongo. Une opération qui va s’étendre dans le temps et dont les recettes seront versées de manière hebdomadaire auprès des sinistrés du chef-lieu du Nord-Kivu, précise La République.

Pour AfricaNews, un signal symbolique mais éloquent a été émis depuis Lubumbashi : «La paix, l’unité, la sécurité et la prospérité pour tous sont autant de raisons de vous engager à mes côtés car il n’y a pas de fatalité à l’insécurité, à la misère et à la pauvreté», a exhorté Katumbi, annonçant la création d’une Caisse de solidarité du parti Ensemble pour la République, en soutien aux efforts du Président Tshisekedi et du gouvernement, dans le souci de voler au secours des compatriotes sinistrés de Goma et de 17 villages touchés à la suite de l’éruption du Nyiragongo le 22 mai dernier.

« Seulement 24 heures après cette annonce, les militants d’Ensemble ont pu collecter 86.000 dollars que le Secrétaire général Bolenge Tenge va se charger de remettre au gouvernement dès cette semaine », se réjouit le tabloïd.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner