Sur la route Beni-Kasindi, les usagers saluent les escortes de la MONUSCO

Sur la route Beni-Kasindi, la MONUSCO continue d’escorter les véhicules des civils pour éviter qu’ils ne fassent l’objet des attaques d’hommes armés. Ce qui réjouit les usagers de cette importante voie de communication empruntée quotidiennement par de nombreuses personnes notamment des commerçants qui s’approvisionnent à la frontière ougandaise. C’est notamment le cas de Christian Bayeni qui fait régulièrement la navette entre Beni et Kasindi.

Mercredi 1er septembre dans la matinée, son taxi a été escorté par des casques bleus de la MONUSCO.

«Je fais des navettes : des courses de service, des voyages pour assister aux obsèques, et tant d’autres raisons. La sécurité est d’abord psychologique. Quand on est convoyé, on est stable parce que ça joue sur la psychologie», confie-t-il.

M. Bayeni fait savoir que depuis que la MONUSCO a commencé les convois, «on n’a pas connu un cas d’accident».

«C’est bien. On est sécurisé. Il n’y a pas d’attaques jusque-là», se réjouit-il.

Mais Christian Bayeni estime qu’il faudrait résoudre définitivement la question de la sécurité dans la région pour sécuriser durablement les déplacements des personnes et des biens.

«Ça nous réjouit mais nous souhaitons que la paix revienne parce que le convoi est la preuve qu’il y a une guerre. On ne fait que protéger les usagers de la route temporairement. Alors, la paix durable serait mieux que le convoi, c’est depuis longtemps que les casques bleus sont ici. Ils sont là pour le maintien de la paix», explique-t-il.

Dans le cadre de la protection des civils, un système d’escortes a été mis en place depuis environ trois semaines sur certains axes routiers du territoire de Beni, cible d’attaques armées ces derniers mois. Il s’agit des axes Beni-Kasindi, Beni-Butembo et Luna-Komanda vers l’Ituri.

En Ituri, dix personnes ont été tuées, quatorze véhicules incendiés et plus de quatre-vingts personnes portées disparues lors d’une nouvelle attaque, mercredi 1er septembre, par un groupe de présumés rebelles ougandais des ADF à Bandibese dans le territoire d’Irumu. Il s’agissait d’un convoi de véhicules escortés par les FARDC et la MONUSCO en partance pour Beni, qui est tombé dans les filets de ce groupe terroriste.

Malgré cette attaque, la MONUSCO se dit déterminée à continuer à escorter les convois civils.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner