Procès Chebeya: « Le prévenu Kenga Kenga a encore nargué la cour », déplore Me Bondo

« Le prévenu Christian Ngoy Kenga Kenga a encore nargué la cour », a déploré mercredi 6 octobre, l’avocat des parties civiles, Me Richard Bondo. Il indique que Ngoy Kenga Kenga a, dans un premier temps, refusé de comparaître, puis il s’est présenté à la barre tout en récusant l'avocat commis à sa défense.   

« Depuis la dernière audience, il refuse tout autre avocat que les siens qui viendraient de Lubumbashi [Haut-Katanga]. Le prévenu Kenga Kenga est en train de nargué la Haute Cour militaire », a fait remarquer Me Bondo, lors de la deuxième audience du procès en appel du double assassinat des défenseurs des droits de l’homme, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, à la prison militaire de Ndolo.  

Le conseil des parties civiles a aussi dénoncé « la passivité » de la Cour face au comportement de Christian Ngoy, appelant ainsi à des sanctions sévères.  

« La Cour semble ne pas très intéressée à connaître même les noms des avocats du prévenu Kenga Kenga, qui sont à Lubumbashi, pour qu’on les cherche au barreau de Lubumbashi et chercher les moyens de les faire venir à Kinshasa », a proposé Me Bondo.  

Quant à l'avocat du prévenu Jacques Mugabo, il a sollicité et obtenu une remise au 13 octobre afin de s'imprégner du dossier.   

Le procès Floribert Chebeya et Fidèle Bazana a repris mercredi 22 septembre devant la Haute Cour militaire à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa, à la suite des recours des prévenus Christian Ngoy Kenga Kenga, commissaire supérieur, et Jacques Mugabo, sous-commissaire de la police nationale contre l'arrêt de la Haute Cour rendue en leur absence, étant donnée la disjonction de la cause au premier et second degré.  

Le 2 juin 2010 à Kinshasa, Chebeya avait été retrouvé mort dans sa voiture vers le quartier Mitendi et son chauffeur porté disparu, après avoir répondu à un rendez-vous la veille avec l'ancien inspecteur général de la police, John Numbi.   

En 2011, le procès pour assassinat a eu lieu. Cinq policiers ont été condamnés à l'issue de ce procès au 1er degré : quatre à la pleine capitale et un à perpétuité.  

Mais les organisations de défense des droits de l’homme réclamaient depuis plusieurs années la réouverture du procès Chebeya et Bazana.  

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner