Didier Budimbu, à propos de carence du carburant : « Tout est en train de rentrer dans l’ordre »

Le ministre  des Hydrocarbures, Didier Budimbu, assure qu’en ce qui concerne les difficultés éprouvées par les kinois lundi 4 avril pour s’approvisionner en carburant, les choses rentrent déjà en ordre. Il demande à la population congolaise d’être calme.

« Aux gestionnaires des stations de carburant, je leur demande d’avoir du  patriotisme et le bon sens. Ça ne sert à rien de donner le prix imaginaire alors que le prix du litre n’a  pas changé. C’est 2100 francs congolais. A la population, je leur demande de garder leur calme. Ça ne sert à rien de courir derrière les stations. Tout est en train de rentrer dans l’ordre », assure Didier Budimbu.

 Après une folle journée lundi 4 avril, caractérisée par une carence en carburant sur toute la ville de Kinshasa, Didier Budimbu explique ce qui s'est réellement passé :

 « Il y a eu un problème logistique, un problème technique au niveau de distribution par SEP hier. Et c’est ce problème qui a fait qu’avec la spéculation qui a suivi, il y a des gens qui ont fait croire qu’il n’y avait plus de stock alors qu’on a de stock pour pouvoir tenir et servir la population. Des gens se sont rués au niveau des stations et ont commencé à prendre des stock importants ».

Mais le gouvernement a pris des dispositions pour vite résoudre ce problème.

« De camions de SEP sont sortis. Ils sont en train de servir les stations et d’ici ce mardi, la situation va revenir à la normal. A part les spéculations, il y a eu intoxication des informations. Les gens pensaient qu’il y avait rupture de stock. Des gens sont allés vidés des stations. Il faut maintenant faire un grand travail. C’est ce qui est en train d’être fait », explique le ministre des hydrocarbures.

Le gouvernement congolais, pour éviter que les prix bougent à la pompe, a pris certaines mesures :

« Le gouvernement congolais, juste pour le mois de mars, va suppléer près de 42 millions USD pour que les prix ne changent pas à la pompe. Le gouvernement va encore payer le manque à gagner aux sociétés pétrolières pour leur permettre de continuer d’acheter les produits. Le gouvernement travaille de façon qu’on tienne jusqu’à la fin de cette crise. Nous sommes en train en place des mécanismes pour que dans les jours à  venir, peu importe ce qui va se passer dans le monde, nous puissions être à l’abri », renseigne Didier Budimbu. Il s’entretient avec Ivan Billy Lutumba :

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner