Cartographie électorale : une ONG appelle la CENI au respect des limites territoriales

Le Groupe de réflexion et d'analyse pour le développement du Maniema (GRADEM), antenne de Pangi, a exhorté, ce mercredi 4 mai, la CENI au respect des limites territoriales lors de l’opération de la cartographie électorale.

Le chef d’antenne de cette ONG fait remarquer que lors de la première cartographie, des erreurs ont été commises.

Joseph Mutuza Kandolo cite le cas d’une grande partie du territoire de Pangi qui a été placée, en territoire de Kasongo et de Kailo.

Une situation qui, selon lui, a préjudicié les électeurs et candidats du territoire de Pangi :

« Nous avons des limites naturelles avec Kasongo et avec Kailo. A notre surprise, à la cartographie qui a été présentée au Maniema, le territoire de Kasongo a pris des parties de territoire de Pangi. Notamment tout le groupement de Bausa 2, au niveau de collectivité des Ikamas, une partie dans la collectivité des Babenes, une autre dans la collectivité des Bakabango 2 ».

Joseph Mutuza se plaint également que le territoire de Kailo ait pris une partie du territoire de Nyoka, à 19 km de Kindu. C'est une partie du territoire de Pangi.

 

Le chef d’antenne du Gradem dit avoir dénoncé plusieurs erreurs au niveau de Misoke, dans le groupement Ulimba, sans que la CENI y apporte des corrections.

« La CENI va d’ici là renouveler les cartographies, nous GRADEM, nous disons que cette cartographie de 2023 respecte les limites territoriales », a alerté Joseph Mutuza. 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner