L'UE condamne les violences armées dans l'Est de la RDC

L’Union européenne (UE) condamne les attaques des groupes armés ainsi que les incidents transfrontaliers qui se sont multipliés ces dernières semaines dans l'Est de la République démocratique du Congo, a déclaré le haut représentant Josep Borelli. 

Pour lui, l'Union européenne continue à suivre avec attention la situation à l’Est de la République démocratique du Congo et salue la saisine des mécanismes de gestion des différends des instances régionales et internationales compétentes pour faire la lumière sur ces événements.

Solidarité avec la population

L'UE se dit solidaire avec toutes les populations civiles touchées par les tensions armées. Elle rappelle son attachement à la lutte contre l’impunité et aux efforts de justice contre les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, qui doivent être jugés et non intégrés dans les forces de défense et de sécurité.

Reddition des groupes armés

L’Union européenne rappelle son soutien au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, qui sont des principes de droit international applicables partout et devant être respectés par tous.

Le M23 et les autres groupes rebelles armés nationaux et étrangers (dont les CODECO, FDLR et RED TABARA) doivent déposer les armes, renoncer à la violence et se retirer des zones qu'ils occupent. 

L’UE marque son soutien à l’engagement des FARDC et de la MONUSCO dans la lutte contre ces groupes et appelle tous les pays de la région à jouer un rôle positif permettant le retour de la stabilité dans la région. La coopération régionale est d’autant plus nécessaire que la menace des ADF ne faiblit pas, selon l'organisation.

Discours de haine

L’Union européenne condamne toutes les manifestations et discours de haine et appelle les autorités politiques et militaires à rejeter la stigmatisation, la chasse à l’homme et tout autre acte de nature à troubler l’ordre public, l’unité et la cohésion nationales.

Enfin, l’Union européenne invite tous les pays partis au Conclave de Nairobi à s’impliquer activement et éviter tout ce qui est de nature à entraver le processus. Elle salue les efforts de l'Union africaine et du Président de la République d’Angola, Joao Lourenço, également Président de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, pour favoriser un climat de dialogue et un règlement pacifique des différends entre les pays de la région.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner