La Prospérité : « Fin du voyage apostolique, Pape François : Mission accomplie en RDC ! »

Les prises de parole du Pape Francois lors de son séjour à Kinshasa (RDC) font encore la Une des journaux parus ce vendredi 3 février dans la capitale congolaise.  La Prospérité ouvre le bal et titre : « Fin du voyage apostolique, Pape François : Mission accomplie en RDC ! ».

Après la messe célébrée à Ndolo, mercredi dernier, la rencontre qu’il a eue avec le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, mardi, le Pape François tenait mordicus à échanger, avant de s’envoler, ce vendredi 03 février, pour Juba, la capitale sud-soudanaise, dans le cadre d’une autre visite apostolique, avec la jeunesse congolaise, rapporte ce quotidien. Au cours d’une rencontre au stade des Martyrs, hier, jeudi 02 février, le Souverain pontife a, dans sa catéchèse, conscientisé les jeunes sur les défis de l’heure, dans la société, dans un contexte marqué notamment, par l’avènement des réseaux sociaux, ajoute le tabloïd.

Droit dans ses bottes, tel un père à ses enfants, commente La Prospérité, il a condamné l’usage abusif des téléphones portables dans les milieux de jeunes et a prodigué 5 conseils qu’il a présentés comme préalables de la restauration des valeurs humaines et la construction d’une société plus juste. Le Pape a parlé de la prière, la communauté, l’honnêteté, le pardon et le service. François a appelé les jeunes à combattre la corruption sous toutes ses formes, à toujours œuvrer en faveur de la vérité, à bannir la corruption et à garder espoir face aux vents de la misère et de la souffrance, conclut le journal.

Le Potentiel, lui aussi, revient sur l'appel contre la corruption que Francois a lancé aux jeunes. Dans son adresse, Sa Sainteté le Pape François a appelé les jeunes catholiques à lutter contre la corruption et les antivaleurs. Venus des paroisses de l’archidiocèse de Kinshasa, les jeunes et les catéchistes ont bien apprécié le message du Saint Père, affirme ce quotidien. Ce dernier{ndlr le pape} a, par la même occasion, invité la jeunesse congolaise à être actrice de son avenir en mettant de côté tout ce qui conduit à la division.

« Ne laissez pas votre vie se faire emporter par le courant pollué, ne vous laissez pas emporter comme un tronc d’arbre sec dans une rivière sale. Indignez-vous, sans jamais céder aux flatteries séductrices », a-t-il lancé.

Touché au plus profond d’eux, note ce journal, certains jeunes se disent prêts à se prendre déjà en charge.

Hormis la corruption dont il a fait mention, le Saint-Père a également évoqué la notion du pardon à la jeunesse, rapporte le tabloïd.  « Pour créer un avenir nouveau, nous devons donner et recevoir le pardon ». Le message est clair et sans ambages, estime Le Potentiel. Le Pape est contre les vengeances entre chrétiens et le tribalisme souvent à la base des divisions et violences…L’avenir du pays est entre vos mains, a lancé François, dans son message plein d’espérance pour une jeunesse écartelé entre la foi chrétienne et les antivaleurs du modernisme, commente Le Potentiel.

Pour vaincre le cancer de la corruption qui semble s’étendre et ne jamais s’arrêter, le pape François a recouru à cette phrase de Saint Paul pour dresser les jeunes venus l’écouter : « Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien », relève pour sa part, Africa News.  Le pape a invité la jeunesse RD-congolaise à ne pas se laisser manipuler par des individus ou des groupes qui cherchent à l’utiliser pour maintenir le pays dans la spirale de la violence et de l’instabilité, afin de continuer à le contrôler sans égard pour personne, ajoute t-il.

« Saint-Père, nous, jeunes, nous manquons de paix », ont signifié les jeunes dans leur message de bienvenue adressé au Pape François, rapporte EcoNews. Ces jeunes, pleins de désir de vivre une vie épanouie, sont confrontés à une guerre qui déchire le pays depuis des décennies avec « des conséquences néfastes sur notre formation et notre éducation à la vie et à la foi ». Cette situation de guerre a créé dans les cœurs désolation et angoisse, les conduisant à croire à «la sorcellerie » et à avoir « recours au fétichisme » pour espérer être protégés. De « nombreux jeunes vivent dans l’indifférence et dans l’égoïsme, calculent et programment pour leur propre profit », ont-ils expliqué. Poursuivant leur allocution, les jeunes expliquent au Pape toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés, outre la situation de guerre et notamment le « système de dot » qui « risque parfois de devenir une sorte d’achat de la femme, pour un gain économique de la famille d’origine de celle-ci, discriminées, la drogue ». « Faites porter au monde le souci des jeunes pour la bonne information », ont supplié les jeunes, demandant au Saint-Père d’« insister auprès des dirigeants du monde pour qu’ils s’occupent réellement de la jeunesse», note ce trihebdomadaire.

Rappelant l’ambiance qui a prévalu ce jeudi au stade des martyrs, La République explique que c’est au rythme des tambours, des chants et des danses traditionnelles, que le chef spirituel de l’Eglise catholique a fait une entrée digne d’une rock star au stade des Martyrs à bord de sa « papamobile», saluant et bénissant la foule sur fond d’une sono endiablée. Plus de 65.000 personnes, selon les organisateurs, ont participé à cette rencontre, avides de message de paix dans ce pays très catholique rongé par des exactions meurtrières à l’est, note ce quotidien qui cite ses confrères de l’AFP et Actu.cd. Face au « tribalisme » et à «l’individualisme», François a appelé les fidèles à privilégier la «communauté», les invitant à prendre leur voisin par la main puis à faire silence en pensant «à des personnes qui (les) ont offensés », ajoute ce journal.

Pour L’Avenir, ce séjour du pape en RDC est un pari gagné pour la CENCO et la RDC.  Ce quotidien rappelle que Pape François boucle son séjour en République démocratique du Congo ce vendredi 3 février 2023, après y avoir séjourné depuis le 31 janvier dernier. Une visite qui intervient 38 ans après celle de Pape Jean Paul II d’heureuse mémoire, le dernier pape à avoir foulé le sol du pays des bienheureux Marie Clémentine Anuarite Nengapeta et Isidore Bakanja.

La dernière activité réalisée par le souverain pontife à Kinshasa était sa rencontre avec les évêques et archevêques membres de la conférence épiscopale nationale du Congo, CENCO. C’était au centre interdiocésain de Kinshasa, siège de l’épiscopat congolais dans la commune de la Gombe, informe ce quotidien. Il affirme que l’occasion était donnée au président de la CENCO, Mgr Marcel Utembi non seulement de saluer la présence du Pape François, mais surtout de lui exposer les différents problèmes auxquels l’épiscopat congolais est confronté dans l’évangélisation du peuple de Dieu, dans un pays aux dimensions d’un continent qu’est la République démocratique du Congo. Lequel pays fait face à l’insécurité dans sa partie orientale.

Et le pape solidaire avec le peuple de Dieu en RDC, a promis son accompagnement spirituel à l’Eglise de la RDC pour relever tous ces défis et pour le bonheur du peuple de Dieu, précise ce journal.  Bien avant la CENCO, le pape François s’est entretenu avec les membres de la communauté la société de Jésus communément appelée les Jésuites dont lui-même est membre. La veille de la fin de son séjour congolais, sa sainteté a échangé en la cathédrale NotreDame du Congo avec le clergé de Kinshasa ainsi que les séminaristes et les consacrés, note encore L’Avenir.

En marge de cette visite du pape, Congo Nouveau estime que Felix Tshisekedi et les leaders de l’opposition ont manqué une occasion de réconciliation.

« Ainsi, a-t-on vu le chef de l'Etat congolais, Félix-Antoine Tshisekedi s'est levé pour aller saluer Jean-Michel Sama Lukonde, le Premier ministre, Augustin Kabuya (le Secrétaire général de l'UDPS, son parti), Vital Kamerhe (son ancien Directeur de cabinet) et Jean-Pierre Bemba (l'un de ses principaux alliés au sein de l'Union sacrée pour la nation). Et pourtant, tout le monde attendait voir Félix-Antoine Tshisekedi continué son tour pour aller saluer les opposants Moïse Katumbi et Martin Fayulu qui n'étaient pourtant pas loin de sa tribune. Une occasion de réconciliation ratée », commente ce tri-hebdomadaire.

« Pour plus d'un analyste, l'actuel locataire du Palais de la Nation a raté par cette occasion non seulement de mettre en pratique les enseignements du Pape François, mais aussi et surtout de montrer qu'il est le président de tous les Congolais et qu'il est un chef de l'Etat rassembleur. Par cet acte, le chef de l'Etat congolais a montré à la face du monde qu'en République Démocratique du Congo, le pouvoir a, lui-même, divisé le pays en deux blocs : celui de ses alliés politiques et celui de ceux avec qui le contact n'est pas permis », conclut Congo Nouveau.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner