Goma : l'armée rwandaise se retire de la RDC

La cérémonie de mercredi marque « le début du retrait des troupes rwandaises du Nord-Kivu », a déclaré le ministre de la Défense, Charles Mwando Nsimba. Un retrait qui pourra s’étendre sur 2 ou 3 jours. Nombreux sont les habitants de Goma qui ont accompagné les soldats rwandais jusqu’à Gisenyi, ville rwandaise voisine, où leurs compatriotes les ont également accueillis, sous des ovations nourries.

La population du Nord-Kivu, elle, se demande encore si le nombre des soldats rwandais qui sortent aujourd’hui par la Grande Barrière de Goma est bien celui de ceux qui sont entrés le 20 janvier dernier, par les localités de Kibati et de Kibumba, au nord de Goma, ainsi que les nombreuses rotations qui s’en sont suivies. Toutefois, la population du Nord-Kivu s’est montrée réservée sur l’effectivité de ce retrait des troupes rwandaises.
Face aux inquiétudes de la population sur l’effectif des soldats qui ont traversé par rapport à ceux qui sont entrés le 20 janvier dernier, Alexis Thambwe Mwamba explique :« Non, nous jouons franc-jeu. Est-ce que vous pouvez cacher une armée comme celle-là quelque part sans que les gens ne s’en rendent compte? Est-ce que vous pouvez cacher les hélicoptères ? Est-ce que vous pouvez cacher les camions, les canons, les antichars ?

Devant les autorités rwandaises et congolaises, civiles et militaires, mais aussi devant la communauté internationale, au moins 1 500 soldats rwandais, sacs au dos et fusils en bandoulière, sont prêts pour le retour dans leur pays.
Les troupes rwandaises rentrées dans leur pays, les FARDC vont continuer les opérations de ratissage. Ce qui pousse le ministre des affaires étrangères, Alexis Tambwe Mwamba, de demander à la Monuc de s’impliquer dans le reste des opérations.
Les forces rwandaises ont quitté le sol congolais mercredi, au terme d’une grande parade militaire FARDC- Forces de défense rwandaises, RDF. Cette parade militaire a marqué la fin des opérations militaires conjointes lancées depuis le 20 janvier dernier par les forces armées de la RDC et du Rwanda contre les rebelles FDLRs-Interahamwe au Nord-Kivu, opérations baptisées « Umoja Wetu », « notre unité ».

Denis Kambayi appelle à la prudence face aux FDLR

Réagissant à la fin des opérations conjointes contre les FDLR, intervenue mercredi 25 février, Denis Kambayi, député national du Camp de la patrie et membre du groupe parlementaire des chrétiens démocrates, pense qu’il faut tout de même rester prudent car les FDLR sont encore présents sur le sol congolais, indique radiookapi.net

Denis Kambayi précise : «Je crois que ce n’était pas facile. Nous devons vraiment, de bonne foi, regarder tous dans la même direction et saluer les efforts du chef de l’Etat, mais aussi des forces armées congolaises et des troupes rwandaises. Nous saluons cette initiative. Maintenant nous sommes tous appelés à la prudence et à la vigilance pour la suite des opérations, parce qu’on nous a appris qu’il y a encore d’autres FDLR qui se seront évadés dans la nature. Cela appelle tous les congolais, à tous les rwandais, à tous les membres de la CEPGL d’être très vigilants à ce phénomène, qui doit nous permettre aujourd’hui de reconstruire notre Etat. »

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner