Joëlle Milquet: «L’immigration légale en Belgique est possible»


Joelle Milquet, vice-premier ministre belge et ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances © Radio Okapi

Radiookapi.net a interviewé Mme Joëlle Milquet, vice-premier ministre belge et ministre de l’Emploi, de l’Egalité des chances, de la Politique de Migration et d’Asile. La ministre belge séjourne à Kinshasa depuis lundi. Dans cet entretien, elle évoque des conditions d’immigration en Belgique et aussi de la politique belge de lutte contre la discrimination à l’embauche, notamment pour les ressortissants congolais.

Radio Okapi: Peut-on immigrer facilement en Belgique  au vu des conditions qui paraissent très contraignantes pour beaucoup de demandeurs congolais ?

Joëlle Milquet: C’est tout à fait possible et beaucoup de Congolais le font dans un cadre légal. En 2009, nous avons reçu 12 000 demandes de visa et 75 pourcents des demandes ont été acceptées. C’est vrai qu’il y a des conditions comme la prise en charge des personnes vivant déjà en Belgique, la démonstration des revenus réguliers ou encore le regroupement familial. Ce dernier cas est d’ailleurs possibles pour beaucoup de Congolais parce qu’un grand nombre de personnes dans la diaspora congolaise se trouve en Belgique. On a aussi beaucoup d’étudiants qui viennent poursuivre leurs études universitaires lorsqu’ils démontrent qu’ils disposent des moyens pour ce faire. Pour le reste, on sait qu’il y a une sorte de trafic qui demande des montants très importants avec des conditions de sécurité très faibles, avec tout ce que cela implique comme difficultés pour le logement, la subsistance…

R.O: On remarque une sorte de discrimination à l’embauche en Belgique. Même les Congolais diplômés des universités belges peinent à trouver du travail et se contentent des petits boulots.

J.M: C’est un des gros problèmes pour lesquels je me bats. Je suis quelqu’un qui veut vraiment défendre les droits des personnes, notamment des personnes étrangères lorsqu’elles sont chez nous et je fais vraiment tout pour qu’elles puissent accéder à l’emploi. C’est vrai que je vois beaucoup de Congolais qui possèdent un ou deux diplômes universitaires et qui peinent pour trouver de l’emploi. On fait toute une série de politiques pour imposer de la diversité dans les entreprises, éviter des discriminations et essayer d’organiser le recrutement par CV anonyme. Mais je connais aussi pas mal des personnalités congolaises qui ont accéder à des postes de responsabilité par exemple le directeur de l’une des plus importantes cliniques de Bruxelles est un Congolais.

R.O: De plus en plus des femmes sont candidates à l’immigration. Quelle est la politique belge en leur faveur?

J.M: Disons d’abord que les demandes d’asile sont en diminution, mais 60  pourcents sont des femmes. Elles sont aussi plus nombreuses dans l’immigration illégale bien qu’il n’y ait pas de statistiques. La grande particularité des femmes est qu’au-delà de demandes d’asile pour les raisons classiques, il y en a beaucoup qui fuient les violences sexuelles et le statut inférieur dans des pays où elles sont maltraitées pour des questions de genre. Lorsqu’une femme se trouve dans ce cas et remplit les conditions pour obtenir l’asile, elle l’obtiendra.

Il peut arriver qu’une femme ne remplisse pas les conditions pour un asile politique parce que sa vie n’est pas vraiment en danger pour des raisons politiques ni parce qu’elle vient d’une communauté vraiment menacée en termes de vie, mais redoute d’être en danger dans son pays pour des raisons réelles liées peut-être au fait qu’elle est une femme. Dans ce cas, on octroie un statut alternatif qui peut lui permettre de résider légalement en Belgique jusqu’à ce que la situation change dans son pays.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner