25 mars: l'humanité se souvient de la traite négrière


un esclave enchaîné©www.fotosearch.com

Cette journée instituée par les Nations Unies permet de se souvenir du passé et d’honorer les victimes.

Celles de l’esclavagisme et de la traite transatlantique des esclaves.

Le rétroviseur de l’histoire humaine renvoie les images des millions d’africains arrachés de leurs terres.

Des millions d’africains forcés de traverser l’atlantique pour subir la mort, la misère et l’exploitation sur l’autel des bénéfices des autres.

Les chiffres existent.

Historiens et chercheurs admettent  que jusqu’au milieu du 20è siècle,  la traite vers les Amériques porte sur moins de 10 000 esclaves par an.

Les captifs proviennent notamment du Congo, de l’Angola, de Haute-Guinée, de Sénégambie (Ndlr : De l’époque où le Sénégal et la Gambie formés un seul Etat), du Bénin.

Les traces sont encore visibles dans tous les pays touchés par l’esclavagisme.

La République Démocratique du Congo figure parmi ces pays.

A Moanda village, dans le territoire de Moanda dans le Bas Congo, on peut encore observer la marmite et les chaînes des esclaves.

A Nsiamfumu, les pêcheurs montrent aux visiteurs le cimetière des négriers, les vestiges de leur construction et le pont d’embarquement des esclaves.

Autres traces, la route des esclaves entre l’ex-Léopoldville, aujourd’hui Kinshasa et la ville portuaire de Matadi.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner