Mbuji Mayi: le manque d’eau potable cause la mort d’un détenu


Vue d'une cellule congolaise

Un prisonnier est mort mercredi de déshydratation aggravée par la diarrhée. Depuis près d’un mois, la capitale du Kasaï oriental connaît une carence en eau potable de la Regideso.

Depuis l’affectation de nouveaux magistrats, la prison centrale accueille 614 pensionnaires, alors que sa capacité n’est que de 200.

«Etouffement et manque d’eau, c’est une mort lente,» lâche un jeune homme déjà très affaibli. Sa cellule, prévue pour 30 personnes, en compte 90.

Un détenu affirme qu’il n’est plus possible de se laver depuis un mois. Pour un bidon d’eau de 20 litres, il faut débourser entre 500 et 1000 Fc, ce qui n’est pas à sa portée, a-t-il précisé.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a promis à la prison une citerne d’une capacité d’environ 70 mètres cubes.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner