Drogue: le fléau n’épargne pas la RDC


Incinération des drogues à Kinshasa, 26 juin 2010 (Ph. Nadine Fula)

L’Assemblée générale de l’Onu a institué depuis 1987 le 26 juin, une journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues. A cette occasion, le comité interministériel de lutte contre la drogue en RD Congo va procéder ce samedi à Kinshasa à l’incinération des drogues saisies l’année en cours. C’est que le fléau n’épargne pas la société congolaise.

Selon le comité interministériel,  en 2009 une centaine de personnes étaient interpellées et 500 grammes de cocaïne ont été saisis dans la seule ville de Kinshasa.

Et dans la capitale congolaise, des petits marchés où se vend et se consomme le chanvre se multiplient. Ils sont créés souvent dans des endroits isolés.

«Matière»

A la place Royal, dans la commune de la Gombe, des témoignages font état de l’existence depuis un certain temps d’un marché de vente de chanvre.

Un parent habitant le coin témoigne:

«Entre le petit marché et Maïsha ParK, depuis un certain temps, nous remarquons qu’il y a une consommation exagérée du chanvre, au vu et au au su de tout le monde. Alors, tous nos enfants de la place Royal font même l’école buissonnière et se plaisent à aller là-bas. Lorsque vous allez là-bas, ils appellent ça «matière».

Que prévoit donc la politique congolaise en matière de la lutte contre la drogue ?

Le président national du comité interministériel de lutte contre la drogue, Pini Moke explique :

«Au niveau international, le pays a signé toutes les conventions des Nations unies. Ce sont des instruments juridiques qui autorisent la RDC à lutter contre la drogue. Nous avons quatre conventions. Au niveau national, nous avons toute une série de lois, nous constatons que ces lois sont très faibles par rapport à celles d’autres pays, parce que la plupart de ces lois datent du temps colonial.»

Obstacle au développement

Cette  année, la journée est célébrée sous le thème: «Il est temps de penser santé et de dire non aux drogues».

L’accent est mis sur le renforcement de l’action et de la coopération pour éliminer la drogue de la société.

Selon le secrétaire général des Nations Unies qui s’est adressé à la communauté internationale à l’occasion de cette journée, l’abus et le trafic de drogues constituent un obstacle majeur au développement.

Dans son message,  Ba Ki-moon exhorte  tous les États à devenir parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée.

Il appelle également les États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, à tenir les engagements qu’ils ont pris de renforcer l’intégrité et de réduire la corruption qui favorise le trafic de drogues.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner