Kinshasa: violences sexuelles ou «terrorisme sexuel», le panel onusien recommande l’indemnisation des victimes

les victimes du Kivu fustigent la lenteur de la CPI

victime des violences sexuelles au Kivu

Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco, mercredi 13 octobre à Kinshasa, le panel des Nations unies pour l’audition des victimes de violences sexuelles en RDC a confirmé l’augmentation de cas de ces violences dans l’Est du pays.  A Bukavu par exemple, dix à quatorze cas sont enregistrés par jour à l’hôpital de Panzi, selon le panel, qui parle carrément de «terrorisme sexuel.»  A l’issue de sa mission en RDC, le panel a appelé à la réparation en faveur des victimes.

Dans son rapport, ce panel des Nations unies pour l’audition des victimes des violences sexuelles a recommandé d’indemniser les victimes des violences sexuelles et de poursuivre les auteurs.

Il a également recommandé de restaurer la paix et la sécurité dans toutes les régions du pays.

Ce rapport devrait être présenté notamment au gouvernement congolais, a affirmé la haut-commissaire adjointe aux droits de l’homme, Kyang-Wha Kang, qui a dirigé cette équipe. Elle a ajouté:

«Ce rapport vient en appui aux efforts de promotion de la justice pour la réparation des victimes des violences sexuelles.»

Le panel a également noté qu’il est impérieux de combattre ce fléau en amont.

Cette situation, d’après la même source, est consécutive à la persistance de l’insécurité, qui, dans la plupart de cas, tire son origine dans des guerres économiques.

C’est ce qu’a déclaré Christine Schuler, qui a représenté l’hôpital de Panzi à cette conférence de presse:

«Aujourd’hui, il y a de plus en plus de viols domestiques aussi. Et ça prend des proportions épidémiques. Et puis, pour parler des cause de la guerre, vous savez que cette guerre qu’on nous a imposée depuis 1998 est une guerre économique.»

Un autre moment fort de cette conférence a été constitué du témoignage de Kizende Onorata,  une des victimes de violences sexuelles.

Agée de 58 ans et mère de sept enfants, elle a affirmé avoir connu des mois malheureux, à la merci des groupes armés.

Pour elle, le défi est lancé. Et la seule façon de le relever, c’est l’implication de tous.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner