Difficile situation des travailleurs du Sud-Ubangi

Plusieurs travailleurs dans nombre des services de l’Etat et même des entreprises privées sont victimes de retard de paiement de leurs salaires pour les uns, et des menaces de licenciement pour les autres. C’est le constat fait par l’inspecteur du Travail du Nord-Equateur à l’issue d’une mission dans le district du Sud-Ubangi.

Au CDI/Bwamanda, l’inspecteur du Travail du Nord-Equateur Dieudonné Ngando Mbondo a noté la menace de réduction du personnel et de la charge horaire des travailleurs.

Une menace consécutive, d’après lui, à la réduction du financement de cette ONG belge par ses bailleurs.

Il a demandé que les droits des travailleurs qui seront remerciés soient respectés.

Dans les zones de santé de Kungu, de Budjala et de Bokonzi, les agents accusent près de 4 mois d’arriérés des salaires alors que ceux des zones de santé environnantes sont régulièrement payés.

Dieudonné Ngando  a invité les médecins chefs de zone de santé à régulariser rapidement cette situation.

A l’hôpital général de référence de Tandala, certains agents de l’Etat  retraitables demeurent encore sous contrat.

Pour ces agents, il a souhaité que des négociations soient engagées avec l’appui de l’INSS en vue de faciliter la procédure de leur mise en retraite.

Quant aux travailleurs des sociétés abandonnées, GOSUMA et CUMUELLE, ils ont présenté à l’inspecteur du Travail deux  deux solutions à leur situation.

Les uns demandent que leurs employeurs les retournent dans leurs milieux respectifs où ils avaient été engagés, et les autres souhaitent rester dans ces sociétés.

Mais, pour éviter d’être une charge trop lourde pour les nouveaux patrons, ces travailleurs ont proposé à l’inspecteur du Travail de renoncer à leurs salaires de toute la période de la rébellion.

Celui-ci a promis de plaider les cas des uns et des autres.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner