Retombées sociales de l’effacement de la dette congolaise: la Cenco interpelle Muzito

Adolphe Muzito, Premier ministre de la DCAdolphe Muzito, Premier ministre de la DC

Adolphe Muzito, Premier ministre de la DC

Après l’annulation de la dette extérieure de la RDC, 200 millions de dollars américains ont été alloués au secteur de l’éducation et 50 millions à la santé. Le Premier ministre Adolphe Muzito l’a révélé, ce jeudi 24 février à Kinshasa, aux évêques catholiques, membres du comité permanent de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Le chef du gouvernement et quatre autres ministres sont allés répondre aux interrogations de la Cenco dans les installations de la Caritas/ Congo à Kinshasa.

Les interrogations des évêques portaient sur les bénéfices de l’atteinte par la RDC du point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés) dans la vie des populations, surtout par rapport aux secteurs clefs de l’éducation et de la santé.

Car, l’église catholique sollicite d’être impliquée dans la mise en oeuvre des retombées budgétaires de l’annulation de la dette extérieure de la RDC.

Le secrétaire général de la Cenco, Abbé Léonard Santedi, précise:

«Il y a une part qui est allouée à ces secteurs. Donc, il y a déjà une première sur l’assiette globale de cette bouchée d’oxygène. Mas ce qui importe pour l’église, c’est de voir concrètement comment cela sera exécuté. Mais, nous avons obtenu que l’argent, par exemple, de la paie des enseignants puisse passer par les mécanismes de l’église.»

La RDC ayant atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE, 12 milliards de dollars sur la dette extérieure évaluée à 13,7 milliards ont été effacés dans le cadre d’un processus d’effacement entamé le 2 juillet 2010 par la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI).

De son côté, le Club de Paris a annoncé dans un communiqué, jeudi 18 novembre 2010, l’annulation de plus de 7 milliards et demi de dollars américains.

Lors de leur rencontre avec le chef du gouvernement, les évêques ont suggéré également la mise sur pied d’un mécanisme transparent de gestion et de suivi des dépenses à réaliser dans le domaine de la lutte contre la pauvreté.

Une autre question posée à Adolphe Muzito a porté sur les stratégies créées pour éradiquer la corruption, selon Leonard Santedi:

«Là aussi, nous attendons que le Premier ministre puisse partager de ces préoccupations avec le conseil des ministres pour nous donner la suite.»

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner