Procès Chebeya: la défense dénonce la lenteur de la procédure

Floribert ChebeyaFloribert Chebeya

Floribert Chebeya

A la vingt-troisième audience du procès Floribert Chebeya, jeudi 10 mars à Kinshasa, la défense a demandé à la Cour militaire de clôturer les instructions pour passer aux plaidoiries. Au cours de cette audience, deux défenseurs des droits de l’homme parmi les quatre renseignants ont accusé le prévenu Daniel Mukalay de les avoir menacés de mort.

Mais les avocats de la défense dénoncent la lenteur du procès.

« On revient sur un renseignant pendant quatre heures, on tourne en rond », s’est plaint l’avocat de Daniel Mukalayi,  Didier Dimina, avant de déclarer que « jusqu’à ce jour ça fait plus de 9 mois qu’ils (les prévenus, ndlr) sont en détention. Il y a eu plusieurs audiences mais aucune preuve n’a été apportée. C’est pour cela que nous réitérons notre demande de remise en liberté des nos clients ».

La Cour militaire n’a pas répondu à la demande de la défense. Les avocats des parties civiles, eux, saluent la méthode employée par la cour. D’après Richard Bondo, un des avocats des parties civiles, les dépositions des renseignants de l’audience du jeudi ont été satisfaisantes.

Elles prouvent, selon lui, que le colonel Mukalayi et les services spéciaux avaient déjà par préméditation engagés une stratégie de filature contre Floribert Chebeya.

En matière de procès équitable, a-t-il conclu, les règles universelles conseillent la célérité et pas la précipitation.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner