Equateur: des députés et des autorités administratives dénoncent l’insécurité à Budjala et Kungu

Siège de l'Assamblée provinciale de la province d'Equateur.Siège de l’Assamblée provinciale de la province d’Equateur.

Siège de l'Assamblée provinciale de la province d'Equateur.

Des personnes armées de fusils de guerre braquent et tuent les habitants des territoires de Budjala et Kungu le long des principales routes reliant plusieurs localités. C’est ce qu’ont affirmé, mercredi 28 septembre à Radio Okapi, des autorités territoriales et les députés provinciaux de l’Equateur.

 

Les mêmes sources précisent que ces hommes se font passer pour des clients et attaquent les conducteurs de motos à qui ils ravissent de l’argent et des engins après les avoir agressés ou tués.

 

Le député Jean-Rémy Motema, élu de Kungu indique qu’un jeune homme originaire du secteur de Songo a été tué à coups de marteau puis mutilé, samedi 24 septembre, sur l’axe Dongo-Kungu.

 

De son côté, l’administrateur de Territoire de Budjala, Jean Swata, rapporte qu’il y a peu, l’infirmier de l’Hôpital Général Référence de Budjala a été assassiné à Toyo, dans le secteur de Bolingo.

 

Après son forfait, ajoute la même source, le meurtrier a été arrêté puis brûlé vif, par la population. « Trois villageois ont été blessés par balles tirées par la police qui tentait de protéger le sous commissariat de la PNC que tentaient de brûler les manifestants », souligne-t-il.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner