Kasaï-Occidental: des débordements signalés dans la traque du colonel déserteur John Tshibangu

Les sous officiers des FARDC marchent ce 30/6/2010 à Kinshasa, lors du défilé marquant cinquantenaire de l’indépendance de la RDC. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le député national Christian Badibangi a appelé, mercredi 12 septembre, les gouvernements provincial et national à «régulariser la prise en charge des hommes de troupes envoyés à Dimbelenge [Kasaï-Occidental] à la traque du colonel [dissident] John Tshibangu». Il dit avoir constaté que «les militaires et policiers déployés en effectifs considérables à Dimbelenge vivent aux dépens de la population locale». Les autorités provinciales n’ont pas encore réagi à cette affirmation.

De retour de vacances parlementaires à Dimbelenge, Christian Badibangi, a assuré qu’il n’y avait pas de guerre dans ce territoire. Il a affirmé avoir noté un «positionnement des militaires à travers tous les points vitaux et stratégiques de Dimbelenge».

Selon lui, l’absence d’une prise en charge correcte de ces militaires risque de mettre en péril la paix dans cette entité et perturber les activités quotidiennes de la population.

«Lorsqu’on n’assiste pas des militaires au front en terme de ration et autres;[lorsque] les policiers n’ont pas leur solde […], ils vivent sur les dos des chefs coutumiers, sur les dos des villageois et des passants. Tout cela, je l’ai constaté», a déclaré Christian Badibangi.

Pour lui, cette question devrait être examinée par les pouvoirs central et provincial «pour qu’on épargne toute tracasserie possible à la population paysanne, de manière à ce que l’on puisse assister les militaires et les policiers».

Le gouverneur intérimaire du Kasaï-Occidental, Mwamba Kantu Kanjila, a dit attendre pour sa part le rapport du député Badibangi et celui de la hiérarchie des services concernés avant d’engager une quelconque action.

Le gouverneur de la province voisine du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, avait annoncé, mercredi 22 août, le déploiement d’environ trois cents militaires et policiers pour arrêter John Tshibangu et ses hommes, dont la présence avait été signalée à la frontière des deux Kasaï.

Le colonel déserteur John Tshibangu a quitté les rangs de l’armée congolaise (FARDC) avec dix-huit soldats le dimanche 12 août dernier. Il prétend «revendiquer la vérité des urnes», faisant allusion à l’élection présidentielle du 28 novembre 2011. Il occupait le poste de chef d’Etat-major de la 4e région militaire au Kasaï-Occidental avant de s’autoproclamer, jeudi 16 août lieutenant général.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner