RDC: la Croix rouge manque de personnel pour soigner les blessés de guerre à Goma

Des volontaires, des policiers et les membres de la Croix Rouge National, tentent de dégager les corps calcinés ce 20/05/2011 à Kinshasa, lors d’un incendie qui avait tué six membres d’une même famille. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le délégué en communication du Comité international de la Croix rouge (CICR) au Nord-Kivu, Thomas Glass, a affirmé, jeudi 29 novembre, que son institution manque de personnel, de matériel et de locaux pour prendre correctement en charge environ quatre-vingts blessés de guerre victimes des derniers affrontements entre l’armée et le M23. Selon lui, une cinquantaine de patients attendent toujours d’être soignés.

Thomas Glass a indiqué qu’une trentaine de personnes, en majorité des civils, ont été opérés à l’hôpital Ndosho il y a deux semaines par une équipe chirurgicale du CICR.

Cependant, a-t-il ajouté, à l’hôpital militaire Katindo, cinquante autres patients attendent toujours d’être soignés. Certains auraient besoin d’une intervention chirurgicale d’urgence pour survivre à leurs blessures.

« L’équipe chirurgicale travaille avec des moyens un peu limité. Mais on essaye d’améliorer un tout petit peu les conditions de travail dans cet hôpital pour subvenir aux besoins des blessés qui s’y trouvent », a-t-il déclaré.

La situation n’est pas meilleure dans la province voisine du Sud-Kivu, principalement à Bukavu où des centaines de blessés sont arrivés de Minova et ses environs, a expliqué le responsable du CICR.

« Nous aimerions amener une deuxième équipe chirurgicale dans les Kivu parce qu’il y a un support qu’il faut donner au Sud-Kivu. A Bukavu par exemple, il y a un sérieux besoin de support médical. Il n’y a qu’un seul anesthésiste qui est là pour assister les opérations. Il travaille vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept », s’est-il lamenté.

Le CICR compte augmenter son effectif avec des anesthésistes et du personnel soignant congolais.

L’organisation demande aussi aux deux parties en conflit, les FARDC et les rebelles, de lui accorder un libre accès aux victimes de guerre.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Nord-Kivu : l’hôpital Heal Africa accord une prise en charge médicale gratuite à moins 200 blessés de guerre

Goma: l’Hôpital provincial tourne au ralenti par manque d’eau et d’électricité

Nord-Kivu : plus de 80 militaires blessés abandonnés à l’hôpital militaire de Goma

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner