Goma: des élèves privés d'écoles suite à l'instabilité sécuritaire

Des élèves de 6ème primaire de Kinshasa le 08/06/2012, sur une des avenues de la commune de limete, après le Test national de fin d’études primaires (Tenafep). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Plusieurs enfants ont abandonné, depuis le mois de novembre dernier, le chemin de l’école à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu à cause de l’instabilité sécuritaire dans la province et des rumeurs sur une probable attaque de la ville, affirment des sources sur place.

La plupart des parents quittent le chef-lieu de la province du Nord-Kivu avec leurs familles pour d’autres territoires supposés sécurisés. Les autres par contre, préfèrent garder leurs enfants à la maison.

Il y a des parents qui craignent que leurs enfants soient surpris par une guerre pendant les heures des cours.

Les écoles primaires sont les plus affectées par cette situation, affirment quelques responsables scolaires. Les mêmes sources craignent que cette situation puisse s’aggraver avec le renvoi quotidien des élèves insolvables dans certaines écoles publiques ou privées.

Les chefs d’établissements scolaires réclament auprès des parents, pendant cette période des examens, soit de payer la totalité des frais scolaire, soit d’apurer les acomptes du premier trimestre de l’année scolaire en cours.

La déperdition scolaire enregistrée dans certaines écoles de Goma fait également monter la psychose au sein de la population alors que les autorités scolaires en province se réservent encore de toute déclaration officielle.

Il y a quelques jours, le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), en accord avec l’Agence des Nations unies pour la protection de l’Enfance (Unicef) et d’autres partenaires du système éducatif de la province, avait décidé que les élèves de Goma et ses environs puissent avoir des vacances de fin d’années plus courtes que d’ordinaire.

Selon la représentante de l’Unicef, Nona Zicherman, la mesure du gouvernement ferait que ces élèves ne puissent pas «rater les examens à cause de l’interruption des classes».

Julien Paluku accuse le M23

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, a accusé, lundi 17 décembre, les rebelles du M23 de maintenir le climat de «psychose» à Goma.

«Le M23 veut maintenir la population de Goma dans une psychose pour faire pression à Kampala», où des discussions préliminaires de sortie de crise sont engagées depuis plus d’une semaine entre le gouvernement et les rebelles, a-t-il déclaré à l’AFP.

Des braquages, attaques armées et assassinats ont été recensés depuis que le M23 s’est officiellement retiré de la capitale du Nord-Kivu sur demande des Etats de la région des Grands lacs.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner