RDC: d’anciens miliciens invitent les combattants Maï-Maï du Sud-Kivu à intégrer l'armée

Un milicien dans l’Est de la RDC.

Les groupes armés Maï-Maï Yakutumba et le Parti d’action et de la reconstruction du Congo-Force armée Alléluia (PARC-FAAL), qui se sont rendus aux Forces armées de la RDC (FARDC), ont commencé, samedi 19 janvier dernier, à sensibiliser d’autres groupes Maï-Maï opérant au Sud-Kivu pour les convaincre d’intégrer l’armée congolaise.

Selon le porte-parole du groupe Maï-Maï Yakutumba, Pacifique Mutiki, le gouvernement provincial a mis à la disposition des responsables politiques du mouvement PARC-FAAL, « des moyens nécessaires afin de sensibiliser les éléments Maï-Maï qui se trouve encore dans la brousse ».

« Nous avons commencé par la sensibilisation et après nous allons orienter [ceux qui vont accepter de se rendre] dans les centres de regroupement. On nous a accordé trois semaines [pour mener cette mission] », a-t-il affirmé.

Pacifique Mutiki a expliqué que les moyens accordés par le gouvernement provincial permettront d’assurer les déplacements d’anciens miliciens chargés de réaliser cette sensibilisation. Il s’est dit optimiste quant à l’aboutissement de l’opération.

Mécontentements à d’anciens miliciens à Uvira

Des milliers d’autres combattants de groupes armés qui ont choisi, depuis le mois dernier, d’intégrer l’armée congolaise se disent « abandonnés » depuis leur arrivée dans les camps de regroupement à Uvira et Fizi. Selon le député provincial Jean-Marie Ngoma, en vacances parlementaires dans ces deux territoires, qui donne cette information, ces anciens miliciens disent manquer de nourriture et de logement.

La même source a aussi déploré « le mauvais climat » qui règne entre le groupe des ex-combattants Maï-Maï et les militaires congolais.

 « Le lundi dans la matinée, les FARDC et les Maï-Maï qui sont à Makobola ont failli se battre. Les anciens miliciens ont dénoncé le traitement partial dont ils sont victimes, affirmant manquer à manger. Alors ça provoque des frustrations », a confié le député Jean-Marie Ngoma.

Par ailleurs, il a fait remarquer que cette situation pousse les anciens miliciens à rançonner la population au niveau de la barrière de Makobola. « Ils sont affamés, ils n’ont pas de nourriture, comment vont-ils vivre ? », s’est-il interrogé.

L’élu provincial a invité le gouvernement à prendre des dispositions pour éviter les accrochages entre les ex-miliciens et les FARDC.

De leur côté, les responsables de la 10e région militaire ont assuré, sans plus de détails, que des moyens logistiques sont arrivés à Bukavu et seront bientôt mis à la disposition de différents centres de regroupement de miliciens d’Uvira et de Fizi.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner