Nord-Kivu: les hommes de Makenga délogent Bosco Ntaganda et ses combattants de Kibumba

En avant-plan, Sulutani Makenga, le chef de la branche armée de la rébellion du M23 à Goma le 20 novembre 2012

Les hommes fidèles au chef militaire du M23, Sultani Makenga, ont délogé, ce samedi 16 mars, Bosco Ntaganda et sa troupe de la localité de Kibumba, à 30 km au Nord de Goma (Nord-Kivu) après d’intenses combats. Des sources locales indiquent que c’est vers 10 heures locales que l’aile Makenga a pris possession de Kibumba, qui était jusque là, l’Etat major général de Bosco Ntaganda.

Ce dernier, accompagné d’une centaine d’hommes ont pris la direction de Masisi en passant par le parc national des Virunga, selon plusieurs sources.

Les mêmes sources affirment que Jean Marie-Runiga et son bureau politique, ont pu traverser hier dans la soirée, la frontière rwandaise à partir de Gasizi, à l’Est de Kibumba.

Au moins vingt officiers dont le chef militaire, colonel Baudouin Ngaruye, et le lieutenant-colonel, Séraphin Mirindi, ainsi que plusieurs de leurs combattants ont rejoint Runiga au Rwanda, dans la journée de samedi.

Cette information est également confirmée par le ministère des Affaires étrangères du Rwanda.

La même source signale que Jean-Marie Runiga et ses hommes, aussitôt arrivés au Rwanda, ont été désarmés et conduits vers un lieu sûr.

La Monusco, de son coté, dit avoir appris la même information mais elle s’est réservée de tout commentaire.

D’autre part, Vianney Kazarama, le porte-parole du M23 aile Makenga indique que quatre cents hommes de Bosco Ntaganda ont rallié leur camp.

Entre temps, des milliers de populations de Kibumba et de Rugari qui avaient fui depuis une semaine les combats entre les deux factions du M23 ont commencé à regagner leurs habitations.

Ces affrontements avaient fait quinze morts parmi les civils et vingt-trois blessés, avait révélé la société civile dans son rapport rendu public mardi 12 mars. Selon ce document, trente maisons avaient complètement été détruites et soixante-dix autres avaient partiellement été touchées par des tirs croisés des belligérants.

A Kinshasa, le gouvernement souhaite voir le Rwanda rapatrier en RDC les dirigeants ainsi que les combattants du M23 recherchés par les juridictions nationales ou internationales.

Pour le porte parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, le Rwanda devra ainsi le faire pour ne pas violer l’accord-cadre sur la paix en RDC, signé le 24 février dernier à Addis-Abeba (Ethiopie) par onze pays africains.

«Nous estimons que la République sœur du Rwanda devrait réaliser ses propres engagements qui consistent à ne pas faciliter la déstabilisation d’un pays voisin d’une façon ou d’une autre», a déclaré Lambert Mende dans un entretien à Radio Okapi.

Il a indiqué que le gouvernement n’a aucune raison de douter que le Rwanda va exécuter ses engagements dans le cadre de l’accord d’Addis-Abeba.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (86)
Ebola (85)
RDC (73)
Elections (65)
élection (63)
FARDC (45)
Beni (43)
Monusco (39)
Opposition (32)
ADF (30)
Vclub (27)
FCC (25)
Caf (23)
Léopards (20)
Mazembe (20)
Linafoot (20)