La Grande-Bretagne promet 275 millions USD à la RDC pour financer le secteur médical

Hôpital d’Ubundu après réhabilitation par l’IRC, 27/01/2011.

Le ministre des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne, William Hague, a annoncé, mercredi 27 mars, l’aide de 211 millions d’euros (environ 275 millions de dollars américains) de son gouvernement à la RDC. Cette somme va permettre de financer un programme d’aide médicale qui s’appliquera à environ 10% de la population congolaise.

Ce programme s’étend sur une durée de cinq ans. Il devrait permettre de reconstruire des cliniques, de former le personnel sanitaire, d’améliorer la fourniture de l’eau aux hôpitaux et de fournir du matériel médical ainsi que des médicaments, a expliqué William Hague.

Selon lui, l’aide financière de la Grande-Bretagne servira aussi à vacciner soixante-quatre mille bébés contre la rougeole et de distribuer des moustiquaires imprégnées pour lutter contre le paludisme chez les enfants.

Lors de sa visite à Goma, Willain Hague avait déjà annoncé une aide de son gouvernement de deux cent quarante mille euros en faveur des victimes des viols dans l’Est de la RDC. Il était accompagné d’Angelina Jolie, actrice américaine et envoyée spéciale du HCR pour les questions des violences sexuelles.

« Cette aide est essentielle pour contribuer à mettre en place une paix durable et la sécurité en RDC » a ajouté Willain Hague.

Dans leur déclaration conjointe, lundi 25 mars à Goma, les deux personnalités ont plaidé pour l’éradication des violences sexuelles dans les zones en conflit.

« Pendant notre voyage dans ce pays, j’ai été frappé non seulement par le coût humain de ces crimes mais également par le peu d’installations et de ressources disponibles pour aider les survivants », a-t-il déclaré, selon un communiqué du Foreign Office publié à Londres.

Le gouvernement préoccupé

Le gouvernement congolais se dit aussi préoccupé par l’ampleur grandissante des violences sexuelles dans l’Est de la RDC. La ministre du Genre, Géneviève Inagosi, compte sur l’appui des partenaires étrangers pour restaurer la paix sur toute l’étendue du pays.

« Au gouvernement, nous sommes également conscients de l’impunité qui demeure encore un frein à la lutte contre les violences sexuelles. Nous nous investissons et nous avons besoin du soutien de la communauté internationale parce que nous devons rapprocher la justice du justiciable mais la priorité demeure la restauration de la paix en RDC », a déclaré Geneviève Inagosi, à l’issue d’une réunion tenue à Kinshasa entre le gouvernement congolais, les Nations unies, le ministre des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne et d’autres partenaires.

Geneviève Inagosi dit mobiliser toutes les ressources nécessaires pour une bonne coordination des interventions et des intervenants afin que les communautés s’approprient la lutte contre les violences sexuelles.

« Nous avons besoin d’une appropriation qui n’est pas encore effective au niveau des communautés parce que nous devons sensibiliser les communautés, les chefs traditionnels et les leaders d’opinion pour le changement des mentalités et des comportements vis-à-vis des femmes », a-t-elle ajouté.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner