Nord-Kivu : les jeunes plaident pour l’accélération du déploiement de la Brigade de la Monusco

Bunagana, Nord Kivu, le 16 mai 2012, les forces spéciales jordaniennes sécurisent le périmètre de déploiement après les affrontements armés entre FARDC et les mutins qui occasionné la fuite de la population en Ouganda voisin malgré le déploiement des casques bleus- Ph. Sylvain Liechtin

Dans un communiqué publié mardi 2 juillet à Goma, le conseil provincial de la jeunesse du Nord-Kivu demande l’accélération du processus de déploiement de la Brigade d’intervention de la Monusco dans cette province. Selon ce document, la situation sécuritaire dans cette région reste caractérisée par l’activisme de plusieurs groupes armés opérant dans les cinq territoires que compte le Nord-Kivu.

« Il y a déjà deux jours que l’ADF/Nalu vient d’occuper certains villages à 25 kilomètres de Kamango. Il y a aussi le Pareco et les Nyatura qui sont en plein activisme. La recrudescence des groupes armés au sein du territoire de Masisi. Aujourd’hui ça prend même de l’ampleur tribalo-ethnique », a affirmé le président du conseil provincial de la jeunesse du Nord-Kivu, Guy Kibira Ndoole.

Dimanche 30 juin, les localités de Mamundioma et Totolito sont tombées sous contrôle des rebelles ougandais de l’ADF/Nalu, après trois jours d’intenses combats entre ce mouvement rebelle et les FARDC. Seize personnes avaient été tuées.

Le président du conseil provincial de la jeunesse du Nord-Kivu a indiqué que cette même situation est aussi observée à Rutshuru et Nyiragongo, et que les rebelles tentent de s’étendre dans toute la partie Est de la RDC.

« Ce sont des situations que nous essayons de mettre en co-relation avec ce qui se passe à Rutshuru et Nyiragongo. Nous pesons qu’il s’agit des actes qui prouvent que les rebelles sont en train de s’organiser pour occuper toute la parité Est », a poursuivi Guy Kibira.

Il a demandé au gouvernement congolais de garantir l’intégrité du territoire national.

« C’est une situation qui nous interpelle tous en tant que jeunes congolais, puisque depuis un temps il y a eu des enlèvements à répétition dans le territoire de Beni, mais aussi dans la partie Sud de Lubero », a-t-il souligné.

Dans une déclaration faite mardi 2 juimmet à Radio Okapi, le président de la société civile de Beni, tedy Kataliko, a accusé les rebelles ougandais de l’ADF/Nalu de préparer une attaque contre plusieurs cités de ce territoire. Il a indiqué que depuis trois jours ces rebelles renforcent leurs positions autour de la ville de Beni et la cité d’Oicha.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner