Beni: le général autoproclamé Kasereka transféré à Kinshasa

Le général autoproclamé Kasereka Lianabo, alias Mandefu, présumé cerveau moteur de la récente attaque de la prison centrale Kangwayi de Beni le 1er juillet 2013. Ph. Papy Martial Mukeba

Le général autoproclamé Kasereka Lianabo, alias Mandefu, présumé cerveau moteur de la récente attaque de la prison centrale Kangwayi de Beni,  a été transféré dimanche 7 juillet  après-midi à Kinshasa. Avant son transfèrement, ce chef Maï- Maï a déclaré qu’il avait été invité plusieurs fois à Kasese en Ouganda pour prendre part à des réunions devant permettre de planifier des attaques contre certains territoires du Kivu.

Devant le maire de Beni et le chef de Bureau de la Monusco, Kasereka Lianabo a déclaré:

«J’ai été invité pour la première fois à une réunion à laquelle j’ai participé. Et j’ai rencontré un certain Kyandenga. Il me dira que c’est lui le chef et qu’il va libérer le Congo ».

Par la suite, il a affirmé avoir aussi rencontré les chefs de Kyandenga sur place en Ouganda. «Ces derniers vont m’informer  qu’ils ont l’objectif de mener une guerre de libération du Kivu en occupant sept zones. Au cours de cette réunion, ils m’ont également dit que cette  guerre de libération sera  déclenchée au courant de ce mois de juillet», a-t-il poursuivi.

Ce chef milicien a été arrêté jeudi 4 juillet par les FARDC à Tamende, à proximité de l’Etat-major des FARDC, alors qu’il tenait une réunion de planification d’une nouvelle attaque contre la ville de Beni et d’autres positions de l’armée, a affirmé le commandant intérimaire du 1er secteur des FARDC basées à Beni (Nord-Kivu), colonel Basamaza.

Il est accusé d’être le cerveau de l’attaque de la prison centrale de Beni, lundi 1er juillet. Quatre personnes avaient été tuées et deux cent quarante quatre prisonniers s’étaient évadés au cours de cette attaque.

A la suite de l’arrestation de Kasereka Lianabo, le maire de Beni, Nyonyi Bwanakawa, a appelé la population locale au calme et à collaborer avec les services de sécurité pour dénicher tous les fauteurs des troubles.

Cet appel fait suite aux inquiétudes de la population sur une imminente attaque des groupes armés. Il y a trois jours, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, dénonçait la présence de membres du groupe terroriste Al-Shabbaab aux côtés des rebelles ougandais ADF/ Nalu et des miliciens Maï-Maï dans le territoire de Beni.

Mais Nyonyi Bwanakawa a assuré, ce dimanche, que la situation était est sous contrôle. «Ca fait que, même si les troupes [de Kasereka étaient encore] avait dans la périphérie de la ville de Béni,[elles seraient devenues] des troupes sans commandement. [Elles] doivent encore avoir du temps pour se réorganiser», a-t-il estimé.

Il a par ailleurs invité les habitants de Beni à faire confiance aux autorités locales :

«Nous vous rassurons que toutes les dispositions sont prises de manière à permettre que tout ce qu’il y a comme rumeur ou [la] guerre psychologique qui est en train d’être mené contre le pouvoir et la population disparaisse. Et ce, en faisant de sorte que  tout suspect soit mis hors d’état de nuire.» 

Lire aussi sur radiookapi.net :

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner