Les obus tombés à Goma seraient partis du Rwanda, selon le vice-gouverneur du Nord-Kivu

Au moins deux personnes sont mortes et quatorze blessées par les obus qui sont tombés sur la ville de Goma et ses environs jeudi 22 août. Le vice-gouverneur du Nord-Kivu, Feller Lutahichirwa a donné ce bilan vendredi après une tournée d’évaluation sur les sites touchés. D’après lui, les premiers constats révèlent que ces obus auraient été lancés depuis le territoire rwandais.

Sur les quatre obus qui ont atteint la ville de Goma, trois sont tombés dans le quartier Murara et un à Katindo/camp Dumez faisant neuf blessés et un mort. Trois autres obus sont tombés, vers 14 heures dans le village Bugarura, en groupement de Munigi et a causé la mort d’une personne et en a blessé cinq autres.

Ces obus ont aussi causé d’importants dégâts matériels, a affirmé l’autorité provinciale.

Le vice-gouverneur du Nord-Kivu a souligné que les premiers constats établis sur les sites d’impact révèlent que ces obus auraient été tirés depuis le territoire rwandais et non pas des positions du M23. Mais, il a estimé qu’une enquête balistique régionale est nécessaire pour obtenir plus de détails sur leur provenance.

« Les obus que nous avons vus venaient de l’Est de la ville vers l’Ouest. Et à l’Est de la ville de Goma, c’est bel et bien le pays voisin du Rwanda. Nous considérons que nous ne sommes pas à l’époque de la barbarie. Au moment venu, aux instances où les États échangent, ces choses-là vont devoir être discutées et étayées au  moyen des preuves » a déclaré Feller Lutahichirwa.

Ces obus sont tombés à Goma alors que la ligne de front se situe à environ 20 km plus au Nord dans la région de Kibati où les FARDC ont “engrangé” jeudi des “succès considérables” sur le M23, selon la Monusco.

Des obus ont tué des civils à Goma jeudi 22 août 2013 lors des combats entre FARDC et M23 alors que la ligne de front se trouve à Kibati.

Les combats ont repris mercredi entre les FARDC et le M23 après une accalmie de près d’un mois dans la région de Kibati située à une vingtaine de kilomètres de Goma. Ils se sont intensifiés jeudi dans la journée.

« Le M23 a tiré des obus au sud de Munigi provoquant la mort d’une femme et d’un enfant et dix-sept civils ont été blessés et évacués à l’hôpital Heal Africa de Goma. Aux environs de 14 heures, nous avons déclenché une patrouille aérienne avec deux hélicoptères d’attaque qui ont survolé l’axe Kibati-Kibumba, Kiwanja-Katale en vue d’évaluer la situation sur terrain. Aux environs de 15h30, nous avons vu que le M23 a encore tiré des roquettes en direction de Munigi. Mais ces roquettes sont tombées à Kanyaruchinya et ont provoqué 9 neuf blessés et fait deux morts », a déclaré pour sa part le lieutenant-colonel Prosper Félix Basse, porte-parole militaire de la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco).

La Monusco affirme avoir renforcé son dispositif et accru ses patrouilles tout autour de la ville de Goma et vers Sake.

Dans un communiqué publié jeudi soir, le tout nouveau représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en RDC, Martin Kobler a déclaré que des instructions ont été données « pour qu’aucune tentative de mouvement du M23 vers Goma ne soit tolérée ».

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner