RDC : les députés nationaux vont cotiser pour soutenir les militaires à l’Est

Affiche de l’Hotel de ville de Kinshasa encensant les FARDC pour avoir écrasé le M23

Les députés nationaux ont convenu mercredi 13 novembre de cotiser entre 500 et 1000 dollars américains chacun pour soutenir les militaires engagés contre les groupes armés dans l’Est de la RDC. Cette action ponctuelle vise à soutenir ces militaires en attendant de résoudre de manière durable la question de leurs conditions de vie et de travail, affirme un député du groupe parlementaire UDPS et alliés, à l’origine de cette initiative. Certains députés estiment cependant que c’est manquer de vision pour l’armée congolaise que de «la réduire au niveau des cotisations».

Cette initiative a été proposée lors du débat qui a suivi les explications, devant l’Assemblée nationale, du ministre de l’Intérieur Richard Muyej Mangez, sur la situation d’après guerre à l’Est de la RDC.

Le député de l’opposition Fabien Mutomb, membre du groupe UDPS et alliés, parle d’un projet ponctuel et conjoncturel en faveur des éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) déployés au Nord Kivu, en attendant le vote du budget 2014 :

«Lorsque nous allons traiter le budget du gouvernement de la République 2014, il faut donner aux militaires un salaire conséquent et améliorer leurs conditions de vie et de travail. Mais, en attendant, l’UDPS a demandé au Parlement que les députés puissent contribuer, qu’on prélève sur leurs émoluments, par député, 500$. Si nous sommes 500, par exemple, ça fera 250 000. Ça peut aider les militaires qui sont au front, en attendant qu’on puisse régler de manière durable la question liée aux conditions sociales et au salaire des militaires».

Un affront pour les militaires

La proposition, approuvée par l’assemblée plénière, a tout de même suscité l’indignation de certains députés.

Emery Okundji, des Forces novatrices pour l’union et la solidarité (Fonus), un parti de l’opposition, estime que, réduire la vie des soldats, qui ont fait preuve de bravoure, à la magnanimité des élus, est un affront quand on sait dans quelles conditions vivent les militaires.

Pour lui, les députés, en tant qu’autorité budgétaire, devraient plutôt user de leur droit constitutionnel pour attribuer au secteur de sécurité un budget conséquent :

«Imaginez que nous cotisions. Nous sommes 500 députés. Si ces militaires sont 250 000, chaque militaire aura combien ? C’est insignifiant. Lorsque le budget viendra à l’Assemblée nationale, nous devons faire des coupes dans toutes les institutions pour accorder un budget costaud et conséquent qui répondra en tout cas au problème que connaissent les FARDC. Nous devons rendre l’ascenseur aux FARDC qui ont lavé la République de l’affront».

Le débat autour de la solde des militaires, qui gagnent une somme modique et irrégulièrement payée, fait débat depuis plusieurs années en RDC.

Déjà, en 2005, le secrétaire d’Etat américain adjoint chargé des affaires politico-militaires, Andrew Shapiro, avait demandé à la RDC de payer ses militaires et de les nourrir.

Après que les FARDC, soutenues par le brigade d’intervention de la Monusco, ont battu les rebelles du M23, des réactions se sont encore multipliées en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail dans l’armée congolaise.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Maniema: des militaires réclament leur solde en tirant en l’air à Kalima

Katanga : les militaires refusent de respecter l’interdiction de la coupe de bois à Moba

RDC: la paie des fonctionnaires de l’Etat par voie bancaire diversement appréciée

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner