Partenariat sino-congolais : les Chinois n’ont pas déboursé d’argent en 2013

Transport de sacs du ciment pour les travaux de réfections des routes par des entreprises chinoise le 27/02/2013 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les entreprises chinoises, engagées depuis 6 ans dans un partenariat avec la RDC pour la construction des infrastructures, n’ont déboursé aucun sou en 2013 dans le cadre de ces accords. Des sources proches de ce dossier affirment que ce partenariat serait en panne suite au non respect de la RDC de ses engagements notamment la prise en compte des risques politiques encourus par ces investissements. Refusant de parlant de «panne», la cellule de suivi des contrats sino-congolais reconnaît cependant des difficultés dans l’exécution desdits contrats.

Douze mois après l’approbation du projet de coopération par le gouvernement chinois, la RDC s’était engagée à adopter une loi devant sécuriser le régime fiscal, douanier et de change applicable à ce projet de coopération en raison de sa spécificité.

Cette loi, stipulée dans l’article 15 de ce contrat, était une exigence des Chinois pour se protéger contre toute appropriation ou nationalisation de leurs entreprises dans le futur ou encore l’expropriation directe ou indirecte de la Sicomines, joint-venture minière née de ce partenariat, et son patrimoine. L’Etat congolais, via la Gécamines, doit détenir 32% de parts de la Sicomines contre 68% pour le consortium chinois. L’entreprise possède deux gisements riches en cuivre et cobalt de Dikulwe et Mashamba au Katanga.

Dans le cadre de la Sicomines, les entreprises chinoises apportent le financement et la RDC la concession minière.

A en croire des sources proches du dossier, c’est à cause du retard pris pour l’adoption de cette loi au Parlement que les Chinois n’ont pas décaissé de l’argent en 2013 pour l’exécution des projets d’infrastructures, notamment la construction de routes et d’hôpitaux.

Initialement conclus pour 9 milliards de dollars américains, ces contrats avaient été revus à 6,2 milliards suite aux pressions du FMI et de la Banque mondiale.

Trois milliards deux cents millions de dollars doivent être investis dans le secteur minier, donc dans la Sicomines, et le reste est destiné aux infrastructures. Mais à ce jour, seulement près de 1,7 milliards de dollars ont été déboursés, dont 468 millions pour les infrastructures.

Déjà en mai 2013, des rumeurs faisaient état du retrait d’Exim Bank du partenariat sino-congolais. C’est cette banque chinoise qui finance les entreprises chinoises engagées dans la construction d’infrastructures en RDC.

Le responsable du bureau de coordination et de suivi du programme sino-congolais, Moïse Ekanga, l’avait démenti.

Réagissant aux mêmes rumeurs quelques jours plus tôt sur Radio Okapi, le Premier ministre Matata Ponyo avait reconnu, sans le préciser, un problème dans le partenariat sino-congolais, évoquant une «question qui nécessite un examen en profondeur».

Lire aussi sur radiookapi.net :

Partenariat sino-congolais : le gouvernement fait le point

RDC : Exim Bank n’a pas suspendu le financement des «5 chantiers», selon Moïse Ekanga

RDC : le Premier ministre reconnaît un problème avec le partenariat chinois

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner