RDC: des ONG réclament que le 16 février soit décrété « journée fériée »

Abbé José Pundu, un des organisateurs de la marche des chrétiens du 16 février 1992.

Des ONG exigent que la journée du 16 février soit décrétée « journée fériée ». Le président du Conseil national de la culture, Augustin Tantu Mey, a affirmé dimanche que les autorités devraient honorer des personnes qui ont été massacrée pour avoir réclamé la réouverture de la Conférence nationale souveraine.

« Il y a beaucoup de jours fériés qui parfois ne sont pas nécessaires. Mais celle du 16 février serait capitale, parce qu’après 30 ans de dictature du régime du MPR, il a fallu que de gens marchent pour réclamer la réouverture de la CNS. C’est nécessaire que les parents qui ont perdu certains [membres de leur famille] trouvent aujourd’hui réconfort auprès du pouvoir », a déclaré Augustin Tantu Mey.

Des centaines de personnes ont été tuées le 16 février 1992 à Kinshasa par les forces de l’ordre. Le régime de l’ancien président Joseph Mobutu ne voulait pas de cette marche.

Pour les ONG, qui ont célébré une messe d’actions de grâce à l’honneur des personnes tuées, « les autorités du pays répertorient des familles qui ont perdu les leur pour les réconforter d’une manière ou une autre ».

« Nous avons eu beaucoup de conférence, de concertations, d’acteurs politiques sont passés de l’opposition au pouvoir ou du pouvoir à l’opposition mais ils n’ont pas encore changé le sort de la population, ce n’est pas bon », a fustigé Augustion Ntantu Mey.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner