RDC: le port du gilet de sauvetage désormais obligatoire sur toutes les embarcations

Quelques passagers à bord d’une pinasse accostée sur le port de la RVF le 24/08/2011 à Kinshasa, assurant le trafic entre Kinshasa et Mbandaka sur le fleuve Congo. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le ministre des Transports et Voies de communication, Justin Kalumba, a lancé jeudi 20 mars au Beach Ngobila à Kinshasa la campagne « port obligatoire de gilet de sauvetage ». Il a déclaré que toutes les embarcations naviguant sur les cours d’eau congolais devraient désormais compter autant de gilets de sauvetage que de passagers à bord.

Pour le ministre, cette campagne entre dans le cadre du programme d’assainissement des conditions de navigation sur le fleuve et sur les lacs congolais.

« Nous pouvons comprendre qu’en cas de naufrage il y ait peut être des pertes matérielles. Des marchandises qui se perdent, le bateau lui-même qui fait un échouement. Mais nous devons sauver l’essentiel c’est-à-dire la vie humaine. Voilà la pertinence de cette campagne qui impose à tous les armateurs de détenir des gilets de sauvetage », a expliqué Justin Kalumba.

Les armateurs ont jusque là allégué qu’ils ne trouvaient pas sur le marché congolais suffisamment des gilets de sauvetage pour équiper leurs embarcations.

Pour assurer la fourniture du marché congolais en gilets de sauvetage, le gouvernement a signé un protocole d’accord avec les Etablissements GTL. L’entreprise a déjà importé 3 000 pièces.

Désormais, a lancé le ministre des Transports, « aucune embarcation ne peut quitter le port d’attache s’il ne justifie du nombre de gilets équivalent au nombre de personnes à bord ».

Justin Kalumba a indiqué que les premières sanctions seront appliquées aux commissaires fluviaux.

« Si nous trouvons un bateau qui quitte son port d’attache sans le nombre de gilets équivalent au nombre de personnes à bord, la première sanction s’applique sur le commissaire fluvial », a-t-il fait savoir.

La SCTP, société de transport public de la RDC, a promis d’acheter 300 gilets de sauvetage pour son bateau d’une capacité de 250 passagers qui assure le trafic entre Kinshasa et Brazzaville.

Des accidents sont régulièrement enregistrés sur les cours d’eau congolais, causant plusieurs victimes. Pour y mettre fin, le ministre des Transports a pris une série de mesures. Il a notamment interdit à toutes les embarcations de naviguer la nuit sur les eaux congolaises et menacé de retirer le permis d’appareillage en cas de surcharge et d’embarquement de passagers en surnombre.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner