Nord-Kivu: des enseignants de Lubero réclament leurs salaires de mars

Sit-in de quelques enseignants membres du Syeco devant la primature, le 2/03/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les enseignants de Kanyabayonga, Kirumba, Kayina, Kasehe, Kikuho, Kahira, Kamandi, Luofu et Miriki, en territoire de Lubero (Nord-Kivu) réclament leurs salaires du mois de mars. Un convoi de la Caritas qui apportait leur enveloppe salariale, estimée à 81 millions de francs congolais (87 900 dollars américains) a été attaqué, depuis quatre jours, par des bandits armés sur la route qui relie Kiwanja et Butembo au Nord-Kivu.

Des sources de la région affirment qu’une intervention des militaires a empêché les assaillants d’emporter tout l’argent. Selon les mêmes sources, seuls 37 millions de francs (40 100 dollars américains) ont été récupérés sur les 81 millions de francs congolais (87 900 dollars américains) que ramenait l’ONG catholique. Le Syndicat des enseignants du Congo (Syeco) à Lubero a demandé, samedi 29 mars, à la Caritas de restituer la somme volée, soit 44 millions de francs congolais (47 700 USD) afin de payer les enseignants de cette partie du Nord-Kivu.

«Quelle a été la mesure de précaution pour sécuriser les salaires des enseignants ? Ca fait quelques quatre mois qu’on avait ravi, au même endroit, la somme 150 mille USD aux commerçants de Kirumba. Caritas était déjà informée que le milieu était suspect ? Comment les bandits ont su qu’à telle heure, un véhicule devrait passer ? Nous demandons à Caritas de voir comment restituer l’argent volé. Le gouvernement sachant que le milieu était suspect pouvait aussi prendre des précautions pour sécuriser l’argent des enseignants», a indiqué le secrétaire permanant du Syeco à Lubero, Lambert Kasereka.

Tous nos efforts pour joindre le diocèse de Butembo-Beni sont restés vains.

Selon des sources concordantes, quatre attaques armées ont été enregistrées ces deux dernières semaines sur la route qui relie Kiwanja et Butembo au Nord-Kivu. Des bandits armés s’attaquent aux véhicules et dépouillent les passagers et les conducteurs.

L’information sur le pillage du convoi de la Caritas avait été confirmée par des autorités administratives et policières de Kanyabayonga. A en croire certaines sources, la situation sécuritaire s’est dégradée sur la route Kiwanja-Butembo depuis le départ d’un peloton de 1003è régiment des FARDC du parc national des Virunga.re aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner