Les femmes du Nord-Kivu s'opposent au cantonnement des FDLR en RDC

Des femmes congolaises protestant devant le siège de nations unies le 23/11/2012 à Kinshasa, contre l’occupation de la ville de Goma par le M23. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les Associations féminines du Nord-Kivu sont opposées au cantonnement des rebelles des Forces démocratiques pour libération du Rwanda (FDLR) sur le territoire congolais. Dans une déclaration rendue publique vendredi 6 juin à Goma, ces femmes affirment que ces rebelles rwandais commettent de diverses exactions contre des populations civiles de l’Est de la RDC. Elles souhaitent donc qu’ils soient renvoyés dans leur pays après leur reddition.

Les FDLR se rendent aux autorités congolaises depuis la fin du mois de mai dernier. Un groupe de 84 rebelles s’est rendu le samedi 7 juin à Kigogo, au Sud-Kivu. Le 30 mai dernier, une centaine d’entre eux s’est rendue dans la localité de Kateku, au Nord-Kivu. Après leur reddition, ces rebelles sont regroupés dans des camps de désarmement de la Monusco.

Selon le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, ce sont environ 1 400 rebelles rwandais qui seront concernés par ce processus de reddition.

Il a expliqué le 30 mai dernier qu’après leur regroupement, ces FDLR devraient être envoyés dans un site de «relocalisation provisoire» dans l’Ouest du pays.

Mais les femmes du Nord-Kivu se disent opposées à cette solution.

«Les déplacer vers l’Ouest, c’est imposer la souffrance à la population congolaise vivant dans cette partie du pays », soutiennent-elles.

Dans leur déclaration, les associations féminines du Nord-Kivu demandent au représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC «d’épargner la population congolaise de ce malheur en soutenant la délocalisation des sites de transit des FDLR du territoire national congolais pour leur cantonnement direct dans leur pays, le Rwanda ».

Au début de cette année, ces rebelles avaient annoncé avoir mis fin à leur lutte armée depuis le 30 décembre 2013.

Depuis le mois de mai, ils se rendent aux autorités congolaises qui les remettent à la disposition de la Monusco pour la poursuite de leur processus de reddition.

Lire aussi: RDC : Martin Kobler appelle les combattants des FDLR à se rendre sans délai

Le 4 juin, le chef de la Monusco, Martin Kobler a lancé un dernier appel aux FDLR pour déposer les armes au risque d’y être contraint par les forces de la Monusco et l’armée congolaise.

Les rebelles des FDLR sont présents dans l’Est de la RDC depuis deux décennies. Ils sont accusés de nombreuses exactions contre les populations civiles dans cette partie du pays.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (134)
Ebola (71)
FARDC (65)
Djugu (44)
Léopards (42)
FCC (34)
Can 2019 (28)
Ituri (26)
Lamuka (25)
JED (22)
Unpc (22)
Beni (21)
Monusco (19)
Ceni (19)
Sécurité (19)