Grands Lacs: les envoyés spéciaux doivent être impartiaux, estime Thomas Lokondo

Henri-Thomas Lokondo, président de l’Union Congolaise pour la Liberté(UCL), au studio de Radio Okapi. Photo John Bompengo

Le député national Henry Thomas Lokondo a appelé les envoyés spéciaux des Etats-Unis, de l’Union européenne, de l’Union africaine ainsi que l’envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la région des Grands Lacs à « l’impartialité » concernant la question du respect des mandats présidentiels dans les pays de la région. Ce député de la majorité présidentielle (MP) a estimé dimanche 8 juin que conformément à l’accord-cadre d’Addis-Abeba, ces émissaires n’ont pas le droit de regard que sur la RDC, mais aussi sur les autres pays des Grands Lacs.

« Les Grands Lacs ne se limitent pas seulement à la RDC. Parmi les douze pays en Afrique dont le dernier mandat des présidents se limite en 2016, il y a au moins 4 pays de la région des Grands lacs. Il y a le Congo-Brazzaville, il y a l’Ouganda, il y a le Burundi, il y a le Rwanda », a affirmé Henry Thomas Lokondo qui se dit surpris que ces envoyés spéciaux n’insistent que sur le cas de la RDC.

« Je n’entends pas ces envoyés spéciaux, conformément à l’Accord-cadre qui était endossé par la résolution 2098 du conseil de sécurité, faire le même rappel, insistant… pour ne pas dire les mêmes pressions sur ces pays », a-t-il ajouté.

Au cours de sa conférence de presse de jeudi dernier à Kinshasa, l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Garnds Lacs, Russ Feingold avait déclaré que son pays insistait sur la nécessité pour la RDC d’organiser l’élection présidentielle avant fin 2016 dans le respect de l’actuelle Constitution. Il avait par ailleurs indiqué que le président Joseph Kabila a déjà joué un rôle important dans l’histoire de la RDC en organisant en 2006 des élections acceptées par toute la communauté internationale comme étant démocratiques.

Henry Thomas Lokondo a souhaité que « les mêmes conseils ou les mêmes pressions ou les mêmes remarques se fassent de façon équitable et équilibrée ».

« Il y a d’autres qui n’ont pas fait même une déclaration comme le président Kabila l’a fait pour dire qu’il va respecter la Constitution, aucun ! Moi je crois que là, ces envoyés spéciaux doivent éviter qu’il y ait deux poids deux mesures. Parce que la communauté internationale doit être juste, elle doit être impartiale et équilibrée. Sinon elle va se trahir », a affirmé le député membre de la MP.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner