Kinshasa : deux policiers écroués après la mort d’un bébé dans le cachot de la police

Police congolaise.

Un officier de police judiciaire (OPJ) et un major de la Police nationale congolaise (PNC) ont été écroués après la mort, en avril dernier, d’un bébé de 18 mois emprisonnée avec son père dans le cachot du sous-commissariat de la Police à Matadi Kibala, dans la commune de Mont Ngafula, à Kinshasa. Selon le témoignage de Michel Madiangu, le père de la victime, les policiers ont refusé de faire venir la grand-mère de la fillette pour la récupérer. Vainqueur Bukaka, 1 an, est morte asphyxiée le troisième jour de sa détention aux côtés de son père.

Selon l’avocat du plaignant, Me Gentille Sukulaki, le père de la victime, séparé de sa mère, a été arrêté au moment où il emmenait chez lui sa fille qu’il était passé prendre dans sa belle-famille.

«M. Mandiangu avait acheté une chaise en plastique d’une valeur de 4 000 francs congolais [4,5 dollars américains]. Et il a donné cette chaise à sa femme, qui l’utilisait. Quelques mois plus tard, un passant s’est présenté pour réclamer cette chaise, affirmant qu’elle lui appartenait et qu’elle aurait été volée. Alors qu’il revenait de sa belle-famille après avoir pris sa fillette, pendant que sa femme était malade, internée dans un centre médical, il a été interpellé par les éléments de la police qui l’ont arrêté sans aucun document», a-t-elle expliqué.

Une fois dans le cachot de la police, M. Madiangu aurait demandé aux policiers de faire venir la grand-mère de la petite fille pour la récupérer. Mais les policiers auraient ignoré sa demande.

«Il était seul avec son enfant. On l’a conduit jusqu’au sous commissariat. Le major a donné l’ordre qu’on le mette au cachot. Il leur a donné son adresse pour qu’il contacte sa famille afin que sa mère vienne récupérer l’enfant, mais le major a refusé», a-t-elle ajouté.

Me Gentille Sukulaki explique qu’au deuxième jour de garde à vue, l’enfant aurait déjà manifesté des signes de mal-être, à l’indifférence totale des policiers, malgré les alertes du père. Le troisième jour, elle est décédée.

A sa libération, le père de la fillette a confirmé la plainte portée par son avocate à l’auditorat supérieur militaire de la Gombe pour le meurtre de son enfant au cachot. L’OPJ et le major ont été arrêtés. Ils sont actuellement détenus à la prison militaire de Ndolo.

Pour sa part, l’auditeur général des Forces armées de la RDC (FARDC), le général Ponde Isambwa, déplore ces faits qu’il qualifie de graves pour une police qui se veut professionnelle.

Il promet que l’affaire, qui se trouve encore au niveau pré-juridictionnel, sera bientôt fixée devant un tribunal et que ces faits ne resteront pas impunis.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Bunia : 40 prisonniers décédés en un an suite à des mauvaises conditions de détention

Kasaï-Oriental: deux personnes mordues par une chèvre à Katanda

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner