Province Orientale : la société civile dénonce l’impunité des violeurs à Yanonge

Une femme victime de viol.

Le président de la société civile de Yanonge, Bernard Bobili, réclame l’arrestation des auteurs de viols dans ce  poste d’encadrement administratif de la Province Orientale. Il a demandé lundi 28 juillet aux autorités de la police nationale d’implanter une unité de police spéciale de l’enfance pour lutter contre le viol des  mineurs.

Le président de la société civile de Yanonge indique que le dernier cas de viol enregistré dans ce poste d’encadrement administratif s’est produit la semaine dernière au village Bolongo. Une fille âgée de 8 ans aurait été violée par un homme de près de 30 ans. La petite fille se rendait à une source d’eau lorsqu’elle a été violée.

Bernard Bobili accuse l’auteur de ce viol d’un autre viol sur un garçon de 5 ans.

La société civile de Yanonge fait aussi état de deux filles âgées respectivement de 14 et 15 ans engrossées par deux hommes adultes. Le chef de poste d’encadrement administratif, Innocent Malenga, confirme cette information.

Il parle de plusieurs autres cas de viols répertoriés par le service de genre famille et enfant de son entité. Mais il dit attendre le rapport complet de ce service pour avoir le chiffre exact.

De leur côté, les responsables de la société civile parle de 10 cas de viol enregistrés en moins d’un mois.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner