La faible présence de la police occasionne l’insécurité dans la périphérie de Kinshasa

La police interdisant un marché pirate le long du rail à la hauteur du pond Matete à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Plusieurs quartiers périphériques de la ville de Kinshasa manquent de commissariats de police. Leurs habitants sont ainsi exposés à une insécurité qui tend à se pérenniser. Là où les commissariats existent, les moyens nécessaires pour intervenir sur le terrain sont limités. Conséquence : la police intervient rarement lorsqu’elle est sollicitée dans ces quartiers surtout la nuit.

Dans la commune de la Nsele (Est), le quartier Mpasa 1 –avec une population estimée à plus de cinquante mille habitants – ne compte que deux postes de police distants de 2 km. On y trouve dix policiers sans charroi automobile, ni matraque, ni radio.

Les policiers doivent recourir à une moto occasionnelle ou se déplacer à pied pour répondre à une urgence, selon des témoins. Même constat à Mpasa 2, quartier Talangai.

 «Il faut au moins quatre sous-ciat [sous-commissariat, NDLR] pour couvrir le secteur. Nous avons des problèmes de kuluna [bandits], des incursions parce que nous sommes tout près du camp militaire. Il y a des vols et extorsions», affirme le commandant du sous-commissariat de Mpasa 1.

Impuissants face aux bandits, certains habitants de ce coin déménagent malgré eux. Après avoir acquis un terrain, construit et aménagé à Mpasa1, le couple Mbulu par exemple est retourné à sa vie de locataire dans la commune de  Ngaba, à 17 km de là.

«Il y a toujours de soldats qui agressent les gens dans les maisons et les tuent même. Comme mon mari, on l’a agressé un jour à 22h30. Il venait du boulot. Devant ma maison, on a tiré en l’air. On l’a déshabillé et lui a tout pris. Il était blessé. Avec autant d’insécurité, comment peut-on vivre là-bas ? On a déménagé», raconte Mme Mbulu.

Le quartier Kinsuka pêcheur (Ngaliema, à l’ouest de Kinshasa) par exemple a un seul commissariat avec dix-sept policiers pour sécuriser environ trente mille habitants. A Mbudi, non loin de là, un seul commissariat fonctionne avec dix policiers. Il dispose d’un sous-commissariat en détachement à Salongo-Mbudi situé à 50 m.

Il faut accroitre les effectifs de la police, recruter de nouvelles unités, les équiper et électrifier les nouveaux quartiers. C’est ce que souhaitent les habitants des quartiers périphériques de Kinshasa.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner