RDC : les FDLR doivent désarmer « immédiatement », avertit Martin Kobler

Martin Kobler, représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour la RDC le 28/08/2013 à Kinshasa, lors de la conférence de l’Onu. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

« Tous les combattants rwandais des FDLR, y compris leurs dirigeants, doivent désarmer immédiatement (…) et ceux qui sont inculpés doivent rendre des comptes », a affirmé jeudi 7 août le chef de la Monusco, Martin Kobler. Il présentait le rapport sécuritaire de la RDC devant les 15 membres du  Conseil de sécurité.

Dans son discours, Martin Kobler a recommandé des actions militaires contre ceux qui ne veulent pas déposer les armes [les rebelles rwandais des FDLR] et contre ceux qui continuent de commettre des violations des droits de l’homme ».

A ce jour, Martin Kobler a indiqué que « 11 000 combattants des FDLR ont été désarmés et réintégrés dans la société rwandaise » depuis 2002 et il en reste environ 1 500 en RDC.

Le chef de la Monusco a estimé que la fin des FDLR marquera « un tournant qui va changer fondamentalement la situation de sécurité dans l’est de la RDC et dans la région ».

« Progrès tangible »

Faisant le bilan de sa mission depuis un an à la tête de la Monusco, Martin Kobler a noté « un progrès tangible ».

« Un certain nombre de groupes armés ont été renvoyés aux livres d’histoire », a rappelé Martin Kobler, en référence notamment au M23 qui a rendu les armes l’an dernier après avoir essuyé de cuisants revers contre l’armée congolaise.

« Aujourd’hui, grâce aux efforts conjoints des forces armées congolaises et de la Force des Nations Unies, le M23 n’est plus. Aujourd’hui, les FARDC-à grands frais à ses troupes-a réduit l’ADF à l’ombre de lui-même. Aujourd’hui, près de 4.000 combattants de divers groupes armés se sont rendus. Et aujourd’hui, les FDLR semblent commencer à désarmer volontairement. Tout près de 500.000 personnes déplacées sont retournées à leurs maisons », a souligné Martin Kobler.

Le patron de la Monusco a noté que la coopération entre la République démocratique du Congo et le Rwanda est essentielle pour une paix durable.

Il a aussi salué la revitalisation des frontières entre les deux pays à travers leur commission mixte.

« Les affrontements du 11 et 12 Juin près de Kibumba dans laquelle cinq soldats des FARDC sont morts mettent en évidence les dangers des frontières floues [entre la RDC et le Rwanda]. Je salue la RDC et le Rwanda pour la revitalisation de leur commission mixte de frontière qui devrait fixer une feuille de route viable pour délimiter cette frontière litigieuse (…) », a déclaré Martin Kobler.

Il ne fait aucun doute que la situation sécuritaire s’est considérablement améliorée mais le conflit persiste, la situation est encore fragile et pas irréversible, a prévenu le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Elections (62)
Ebola (62)
Ceni (62)
RDC (57)
FARDC (55)
élection (47)
Monusco (46)
Beni (38)
ADF (36)
FCC (33)
Caf (29)
Opposition (28)
Vclub (26)
Léopards (20)
Mazembe (17)
Linafoot (17)